Le 5 mars 2012

Google diffuse sa version HTTPS à l’international


Google diffuse sa version HTTPS à l’international

Aficionados d’Analytics, référenceurs, sortez vos mouchoirs…

Ça y est, la machine est en marche : alors que son impact se fait sentir depuis le mois d’octobre, la version sécurisée de Google va être étendue à différents domaines locaux d’ici quelques semaines, assure l’un des blogs officiels de l’entreprise. Ainsi, la version HTTPS de Google.fr, qui est disponible depuis janvier 2012, devrait progressivement arriver sur vos écrans, sans même que vous ayez décidé d’y aller.

Cette modification va avoir un lourd impact (négatif) sur tout un secteur d’activité, tandis que les effets positifs restent à démontrer. Pour ceux qui n’ont pas suivi l’histoire, un petit retour en arrière s’impose.

Il y a cinq mois, la firme américaine décidait d’imposer une méthode pour « protéger la vie privée de ses utilisateurs » : toutes les personnes connectées à leur compte Google qui accèdent à « http://www.google.com » sont automatiquement redirigées vers la version sécurisée « https » (cryptage SSL). Cela a pour principal intérêt d’empêcher tout tiers de connaître la page que vous consultez ou même de la modifier, ce que font certains fournisseurs d’accès en incorporant des publicités dans les pages de résultats.

Un changement qui est probablement passé inaperçu pour la majorité des internautes. De même pour ceux qui font le choix de ne partager aucune information, confidentielle ou pas, avec l’entreprise californienne car on peut affirmer sans trop se tromper qu’ils n’ont pas attendu ce changement pour utiliser d’autres techniques : désactivation des cookies, déconnexion du compte, voire utilisation d’autres moteurs tels DuckDuckGo.

Pour autant, ce changement a fait beaucoup de mal à l’industrie du référencement et de l’analyse d’audience. Car avec le protocole sécurisé et une technique sournoise utilisée par Google, le « referrer » (l’adresse de la page précédente quand vous visitez un site) est altéré. En clair : les outils tels Google Analytics savent que l’internaute à visité votre site grâce à Google, mais impossible de savoir quels sont les mots-clés qu’il a tapé. Il en va de même pour les logs serveurs bien entendu.

Google garde pour lui les informations les plus intéressantes… Dans le but d’inciter les intéressés à s’inscrire à Google Webmaster Tools, le seul outil où peuvent être retrouvées ces données. Les données ne sont plus diffusées en temps réel et qui sont incomplètes. On peut penser qu’un jour une offre, payante, sera proposée pour accéder à l’intégralité des données.

Dans Google Analytics, quand le mot-clé n’est pas fourni, il est remplacé par un funeste « (not provided)« . Quand bien même le changement est appliqué à Google.com uniquement, depuis octobre son impact a été grandissant y compris sur les sites français ! Sur Zorgloob.com, c’est même le premier des mots-clés… On ne compte plus les sites où plus d’un quart des visites provenant de Google ne contiennent plus le Saint Graal des référenceurs.

Par conséquent, l’arrivée du HTTPS dans les versions locales du moteur de recherches va considérablement diminuer les mots-clés fournis, réduit l’ouverture et la transparence à laquelle nous avait habituée cette entreprise, et va aider à augmenter l’emprise qu’à Google sur les analystes web.

Publié le 5 mars 2012 à 23:38 par dans Actualité

Labels : , , ,

24 commentaires

  1. TOMHTML a dit :

    Ça y est, quand je suis sur http://www.google.fr , je suis redirigé sur https…

  2. Gael a dit :

    A quand la version premium de Google Analytics et de Webmaster Tools ? :)

    Gael

  3. fvsch a dit :

    Petit referer manuel; j’arrive ici via un tweet qui dit:

    > «ce changement a fait beaucoup de mal à l’industrie du référencement et de l’analyse d’audience» #CHAMPAGNE

    Pas mieux. :)

  4. Marc a dit :

    Ça veut dire adieu aux sites bidon? Adieu aux fermés de contenu?

    Alors oui, je dis Champagne :D

  5. Julien a dit :

    … Oui et ça veut pas aussi dire adieu à la faim dans le monde!
    Plus sérieusement, les deux commentaires précédents n’ont rien compris du tout à l’affaire…

  6. on va devoir mettre la main au porte monnaie… alors imaginons dans 5 ans ce que google fera… un piege qui se referme doucement sur nous

  7. Bernard a dit :

    Julien> Bien plus que tu ne le penses, mais je crois que tout le monde ne place pas le curseur au même endroit sur cette question ;)

  8. Marc a dit :

    Je maintiens ce que je dis, je suis plutôt content qu’on ne puisse plus récupérer les mots clés utilisés pour arriver sur un site, parce que j’en ai trop vu des sites qui l’utilisent à outrance pour se récupérer des visiteurs avec du contenu bidon, les fameuses « fermes de contenu ». Et puis comme c’est dit dans l’article, ça empêchera les FAI de modifier les pages, quoique je sois moins sûr que ce soit vraiment utilisé.

    Alors bien sûr ça va être moins pratique pour analyser l’audiance et optimiser son contenu pour être mieux référencé, mais même là je trouve que c’est mieux, parce que je trouve déloyale de faire ça. Proposez d’abord du bon contenu et votre contenu sera bien référencé, c’est ça qui doit être la règle, pas jouer avec les moteurs de recherche…

    Pour ce qui est du potentiel service Premium de Google, je sais pas d’où vous sortez ça, et je ne suis pas sûr que Google stocke vraiment ces informations, ça reste à démontrer, le fait que dans Google Analytics vous voyez « (not provided) » ne veut pas dire qu’ils seront « provided » dans Google Webmaster Tools , d’autant que les deux services sont aujourd’hui liés, mais ne mesurent pas la même chose, l’un mesure l’audiance (pour Analytics) l’autre le référencement (Pour Webmaster Tools).

  9. TOMHTML a dit :

    @Marc : créer du contenu spammy grâce aux mots-clés de l’utilisateur, c’est de la vieille histoire. Ça fonctionne bien avec les moteurs de recherches internes en revanche. Bref, pas besoin du referrer pour générer du texte…
    Pour le second paragraphe, ton raisonnement est erroné car tu confond référencement et analyse du trafic. C’est la différence entre construire un moteur de voiture et vérifier que l’aiguille indique bien 50km/h quand on roule à cette vitesse. Rien de déloyal.
    Enfin, Google garde certainement toutes les données, plus que ce qu’il nous offre « généreusement ». Le fait de séparer les stats d’Analytics et de Google Webmaster Tools empêche de faire un grand nombre de mesures, notamment toutes celles ayant trait à l’analyse du parcours des internautes en fonction de leurs recherches.

  10. Daniel a dit :

    Idem que Tomhtml,je bascule désormais automatiquement sur la version https. Ça va être marrant des stats sans referer ni mots clés…

  11. Baceux a dit :

    Tant mieux si Google protège un peu mieux nos surfs, n’en déplaise à ces « analystes web » qui ne créent aucun contenu et s’enrichissent uniquement en regardant par les trous de serrures.
    Que l’accès auxdites informations soit finalement rendu payant par Google est un juste retour des choses : que ces métiers parasites aient à mettre la main au portefeuille alors qu’ils faisaient leur beurre gratuitement sur le dos des créateurs de contenu et les internautes est finalement très juste. On peut juste espérer que cette profession inutile ne devienne plus rentable et disparaisse.

  12. Pullseo a dit :

    @Baceux : il semble que vous ayez vécu une très mauvaise expérience avec des référenceurs ou/et webmarketeurs. Je ne sais pas quel est votre métier, mais comme dans tous les métiers il y a des escrocs, des j’m'en foutistes et des gens sérieux.

    Le travail de référenceur, et plus globalement de webmarketeur, ne consiste pas à créer bêtement du contenu et à spammer les moteurs de recherche mais bien à aider ses clients à obtenir de la visibilité dans un milieu où la concurrence est de plus en plus forte.

    Après tout, est-ce que réfléchir à un design pour rendre une affiche plus attractive est une hérésie ? Est-ce que réfléchir à la façon dont on s’exprime auprès de sa cible est un crime ? Est-ce qu’organiser proprement et clairement sa boutique (physique, dans ce cas) pour que les clients s’y retrouvent correspond à de la publicité mensongère ?

    Le travail d’un référenceur / webmarketeur n’est donc pas de vampiriser les pages de résultat des moteurs de recherche (même si certains le font) mais bien d’offrir suffisamment de visibilité à ses clients pour qu’ils puissent faire tourner leur site (je sais que je me répète mais ça me parait nécessaire).
    Et étant donné que, quoi que vous en pensiez, c’est une vrai métier avec une forte expertise, le travail effectué mérite un salaire (pour ma part, je ne connais personne qui est prêt à travailler tous les jours gratuitement. Et pourtant je suis bénévole dans une association à côté de mon travail, mais il faut aussi vivre, et la vie n’est pas gratuite…loin de là).

    Bref, je ne pense pas vous avoir convaincu, mais j’espère que si vous lancez un jour une activité sur un Internet, vous n’aurez pas besoin de référenceurs et webmarketeurs… Mais sincèrement, j’en doute.

    A bon entendeur…

    JYG

  13. Baceux a dit :

    @Pullseo : Vos comparaisons entre les e-boutiques et les boutiques réelles n’a pas lieu d’être ! Quel rapport entre des e-boutiques qui, plutôt que de proposer un produit réellement attrayant, payent des référenceurs pour figurer en haut des recherche dans Google et attirer des clients qui ne seraient pas venus sinon; et des boutiques réelles qui pour se se mettre en avant travaillent leur vitrine et leurs produits ?
    C’est un petit jeu qui fausse totalement la concurrence. Un peu comme ces entreprises qui donnent un bakchich au maire pour bénéficier d’un bon emplacement aux dépend des commerçant honnêtes !
    Les e-commerçant et les « analystes web » n’ont PAS à voir les requêtes des internautes, tout comme le commerçant IRL n’a pas à filmer les visiteurs de la boutique.

    Bien entendu, ce que vous faites n’est pas un crime, vous travaillez honnêtement et payez des impôts.
    Il n’empêche que vos pratiques, et donc vos profession, sont voyeuristes vis-à-vis des internautes, parasitaires car ne créant rien, déloyales car faussant la concurrence entre les commerçants, et inutiles il faut bien le dire pour tout le monde, sauf vous-même et votre porte-monnaie.
    La preuve en est l’article et les commentaires ci-dessus, où tout le monde sauf ceux de votre profession est satisfait de la décision de Google, ce qui prouve à quel point vous êtes déconnecté de la réalité et de ces gens… Alors que votre métier est pourtant de les analyser !

  14. Baceux a dit :

    @Pullseo : Vous dites « Bref, je ne pense pas vous avoir convaincu, mais j’espère que si vous lancez un jour une activité sur un Internet, vous n’aurez pas besoin de référenceurs et webmarketeurs… Mais sincèrement, j’en doute. »

    Le pire, c’est que vous vous pensez réellement indispensables ! Déjà, vous n’apportez rien aux internautes, sinon regarder par dessus leur épaule à leur insu, ce qui est parfaitement dégueulasse. Mais allons plus loin… Faisons disparaitre d’un tour de magie les « analystes web » du jour au lendemain, le web tout entier d’écroulera-t-il ainsi que tout l’e-commerce ? Bien sûr que non, bien au contraire chaque entreprise se retrouverait seulement à la place normale, celle qu’elle mérite.
    Tout simplement.

  15. gdtsb a dit :

    Tant de compliments sur une profession en un seul commentaire me laisse songeuse…

    L’échafaud est prêt ?

  16. LJee a dit :

    Vos comparaisons entre les e-boutiques et les boutiques réelles n’a pas lieu d’être ! Quel rapport entre des e-boutiques qui, plutôt que de proposer un produit réellement attrayant, payent des référenceurs pour figurer en haut des recherche dans Google et attirer des clients qui ne seraient pas venus sinon; et des boutiques réelles qui pour se se mettre en avant travaillent leur vitrine et leurs produits ?

    Que dire alors de votre comparaison ? Qu’est-ce donc que ces pubs qui pullulent chaque jour dans ma Bal ? Que sont tous ces panneaux sur le bord des routes ? Ces pubs à la TV et dans les autres médias ?

    La concurrence est ainsi faite et utilisera tous les canaux pour se permettre d’être visible. Le référencement est un de ces canaux mais n’est pas indispensable pour vivre sur Internet que ce soit pour une boutique ou n’importe quel site.

  17. Bonjour,

    Je n’interviens que rarement dans les trolls et autres flamewars (je préfère les lancer), et je ne suis pas dans le SEO, mais…

    Y’a un truc qui me chifonne dans ce que je viens de lire et sur lequel j’aimerais revenir.

    Les e-commerçant et les « analystes web » n’ont PAS à voir les requêtes des internautes, tout comme le commerçant IRL n’a pas à filmer les visiteurs de la boutique.

    Un commerçant « retail » qui n’étudie pas sa clientèle, qui ne sait pas pourquoi elle vient, d’où elle vient, comment elle est arrivée chez lui ne risque pas de se développer. Au mieux pourra-t-il survivre petit, mais aucune chance d’aller bien loin. Que ce soit en Web ou en retails, un client ça s’acquiert, le cout d’acquisition est plus ou moins important, et le but est de le fidéliser. Il ne s’agit pas de « filmer les visiteurs », mais d’étudier leur comportement afin de comprendre ce qui les a fait venir, pour comprendre comment les faire revenir.

    Dire qu’étudier ses clients (et également ceux qui viennent sans acheter) est une pratique anti concurrentielle, c’est méconnaitre les règles de la concurrence. Dire que ça ne crée rien revient à dire que la vente de biens et de services ne crée rien.

    Mais de la part d’un anonyme, un tel niveau de bêtise n’a rien d’étonnant.

  18. eXo21 a dit :

    [quote]Que dire alors de votre comparaison ? Qu’est-ce donc que ces pubs qui pullulent chaque jour dans ma Bal ? Que sont tous ces panneaux sur le bord des routes ? Ces pubs à la TV et dans les autres médias ?[/quote]

    +1 pour L. Jee ! C’est le principe même de la pub ! Se rendre visible même quand les personnes qui voient la pub n’en ont pas spécialement envie.

    En ce qui concerne le voyeurisme, on voit très peu de choses depuis Analytics, alors qu’un vendeur dans un tabac/presse il va connaître votre tête, votre consommation de cigarettes et tous les magazines « moralement répréhensibles »* que vous achetez.

    Bref, si on veut comparer, autant aller jusqu’au bout ! :D

    *évitons le filtre anti-spam :)

  19. Baceux a dit :

    Frédéric de Villamil a dit : « Mais de la part d’un anonyme, un tel niveau de bêtise n’a rien d’étonnant. »

    Tu as remarqué qu’à part toi-même, tout le monde y compris l’auteur de cet article, utilise un pseudonyme ?
    Vu ton nom à particule de fils à papa, je doute que tu saches comment fonctionnent les petits commerces : épiceries, boucheries, fleuristes…
    Tu crois vraiment qu’un boucher n’a que ça à foutre, de savoir d’où vient chacun de ses clients ? Qu’un épicier se paye des panneaux de pub géant partout ? Non, ces commerces qui ne peuvent de toute façon pas se le permettre utilisent une recette qui a fait ses preuves : offrir de la qualité, un bon contact humain, et le bouche-à-oreille fait le reste.

    Tu es aussi arrogant que totalement déconnecté des réalités.

  20. Baceux a dit :

    Ah, et puis, on parlait d’espionner les utilisateurs. Je ne vois pas pourquoi certains parlent de publicités ?

    Hors-sujet !

    Achetez des espaces publicitaires si vous le voulez, mais arrêtez d’observer le moindre fait et geste des gens.
    Aider une entreprise à vendre de la merde en améliorant sa « visibilité » en espionnant les gens à leur insu, et ça au détriment de celles qui vendent de la qualité, y’a vraiment pas de quoi être fiers !

  21. Kaliseo a dit :

    Y en a marre de ce débat a la con sur les référenceurs, escrocs ou pas.

    Laissez le penser ce qu’il veut. Quand il verra que son site a disparu des moteurs parce qu’il aura oublié de regarder si les robots pouvaient effectivement accéder a ses pages, il changera peut-être d’avis.

    Perso, je référence du contenu pertinent, j’en ai rien a cirer des MFA et autres. Je ne m’occupe que de ce qui a un réel intérêt utilisateur

    Idem pour ce débat stérile sur « la vie privée des utilisateurs ». Tant qu’ils n’auront pas compris qu’il ne s’agit que de chiffres et d’analyses et qu’on en a rien a cirer que l’adresse IP XXX.XXX.XXX.XXX ai cherché un foulard en peau de pingouin, on ne sortira pas de ces débilités…

  22. Sur un de mes blogs c’est le premier mot clefs en nombre de visites…. Impossible d’analyser le traffic comme avant, le gratuit des outils Google ne le restera pas bien longtemps !
    Dommage!

  23. TOMHTML a dit :

    Attention : en avril 2012 Google va changer encore plus drastiquement sa méthode.
    En clair : une part du trafic de Google ne sera plus comptée dans la catégorie « provenant d’un moteur de recherche » mais dans « provenant d’un site tiers/référant ». Ça va encore foutre un beau bordel tout ça…

  24. [...] Ça y est, la machine est en marche : alors que son impact se fait sentir depuis le mois d’octobre, la version sécurisée de Google va être étendue à différents domaines locaux d’ici quelques semaines, assure l’un des blogs officiels de l’entreprise . Ainsi, la version HTTPS de Google.fr , qui est disponible depuis janvier 2012 , devrait progressivement arriver sur vos écrans, sans même que vous ayez décidé d’y aller. Google diffuse sa version HTTPS à l’international – Zorgloob – Tout savoir sur Google… ou presq… [...]

    Backlink