Le 15 juillet 2011

La presse belge bannie de Google


La presse belge bannie de Google

Depuis 14h00 ce vendredi, un grand nombre de sites de presse belge (tous ?) a été désindexé de Google…

La DH, la Libre Belgique, Sudpresse, Lavenir.net, L’Echo, … Un certain nombre de sites d’actualités en Belgique a subitement disparu de l’index de Google ce vendredi 15 juillet vers 14h00, y compris le site d’actualités francophone le plus visité du pays, LeSoir.be.

Le Soir, selon Google

Le Soir, selon Google

Les groupes de presse belges ont toujours eu une relation conflictuelle avec Google, qu’ils accusent de violer le droit des éditeurs. On se souvient qu’en 2006 Google.be avait été contraint d’afficher une publication judiciaire sur sa page d’accueil, une première. Depuis, les sites se sont regroupés sous la bannière de Copiepresse et campent sur leurs positions, tout comme Google.

Le 5 mai dernier, la Cour d’Appel de Bruxelles a confirmé la condamnation de Google pour contrefaçon. Les éditeurs, principalement francophones, ne souhaitaient plus voir leurs sites indexés dans Google Actualités, mais les voila désindexés du moteur de recherches. Y a-t-il un lien de cause à effet ? Probablement, mais cela reste à confirmer.

C’est la deuxième bannissement massif de Google contre des sites qui ne violent pas forcément leurs règles, après celui qui a touché les 11 millions de sites en « .co.cc » au début du mois.

Édition à 16h42 : Nous n’avons pas encore obtenu de réponse de la part de Google concernant cette affaire mais nos confrères de la RTL.be ont reçu un communiqué de la part de la multinationale. Ce boycott est dû au fait que Google refuse de payer les 25000 euros qui lui réclame le Tribunal pour cette affaire de contrefaçon devrait payer 25000 euros en cas d’infraction à la condamnation. Google campe une fois de plus sur ses positions en affirmant que Google News ne viole pas le droit d’auteur.

Édition du samedi 16 juillet : Voici la déclaration officielle de Google :

Pour nous conformer à la récente décision de la Cour, nous sommes en train de retirer les éléments relatifs à Copiepresse de notre indexation. Nous sommes au regret de devoir procéder ainsi. Toutefois, nous demeurons ouverts pour travailler dans le futur avec des membres de Copiepresse.
Si nous conservions des contenus dans notre index, nous pourrions être potentiellement redevables d’amendes de 25 000 € par infraction. Nous serions ravis de pouvoir inclure à nouveau Copiepresse s’ils manifestaient leur souhait d’apparaître dans Google Search tout en renonçant aux pénalités potentielles

Effectivement, l’entreprise Google est dans son droit puisqu’elle applique à la lettre la décision de justice. Néanmoins, le cœur de l’affaire a toujours concerné Google Actualités et la recherche web n’est qu’une petite partie du dossier. En Belgique comme ailleurs, Google News n’a jamais fait l’unanimité.

Toutefois, comme le rappelle le chef d’édition du Soir en ligne Philippe Laloux, Google News fait désormais partie de Google Search dans le cadre de la recherche universelle, par conséquent on peut comprendre la solution radicale de la firme américaine. « C’est une procédure inutile et même vexatoire car Google est parfaitement au courant du fait que Copiepresse n’a pas attaqué le fonctionnement de son moteur de recherche lui-même » explique le juriste du groupe Rossel qui édite Le Soir.

En Italie, relate Le Soir, les éditeurs avaient attaqué Google devant le conseil italien de la concurrence, qui a décrété que Google ne pouvait exclure les journaux de ses moteurs de recherche sous prétexte qu’ils ne voulaient pas être référencés sur Google News.

En attendant des jours meilleurs, l’équipe du Soir avait eu la bonne idée de créer un compte Google Plus pour partager leurs actualités. Quelques heures plus tard, il était déjà fermé… En revanche celui de Sudpresse est toujours opérationnel à cette heure. En attendant, ce n’est pas Google qui va freiner l’actualité on ne peut plus étrange du plat pays !

Édition du lundi 18 juillet : Google France nous annonce par le biais d’un communiqué qu’un accord a été trouvé avec Copiepresse pour que les sites de presse belges soient réindexés.

Nous sommes ravis que Copiepresse nous ait donné aujourd’hui l’assurance de pouvoir inclure à nouveau leurs sites dans notre index de recherche Google sans devoir appliquer les pénalités ordonnées par la justice. Nous allons donc procéder à la ré-indexation de ceux-ci le plus rapidement possible. Nous n’avons jamais eu la volonté d’exclure les sites de notre index mais nous étions tenus de respecter le jugement du tribunal, à moins que Copiepresse n’intervienne. Nous demeurons ouverts pour travailler en collaboration avec les membres de Copiepresse à l’avenir.

Tout est bien qui finit bien. Mais cette mesure, prise une veille de week-end, fais plus penser à une menace qu’à une simple application bornée de la loi. En effet, comme le rappelle une représentante de Copiepresse : « Nous leur avons simplement réaffirmé ce qu’ils [Google, ndlr] savent depuis 2007 : nous n’attaquons pas – et n’avons jamais attaqué – le référencement. »

source Merci Julien ! Et merci l'équipe de Tumblr pour le blog sur les actualités belges.

Publié le 15 juillet 2011 à 16:09 par dans Actualité

Labels : , ,

24 commentaires

  1. Yoann a dit :

    Normal !

    Ils ne veulent pas de Google, voleur de contenu ? Et bien, Google ne voudra plus d’eux !

    Et au final, qui sera le grand perdant ? Les journaux, qui verront leur trafic chuter de 80%…

  2. curul a dit :

    Comme dit Yoann les sites d’infos Belges n’ont que ce qu’ils méritent a force de jouer au plus malins avec Google , forcément à la fin ont perd !

    Ils s’imaginaient quoi que Google est un vulgaire robot sans âmes ?! Grave erreur derrière Google il y a beaucoup de gens et visiblement certains sont susceptible du coup hop on désindex … et la chute d’audiences va leur faire comme une grande claque

  3. TOMHTML a dit :

    Il y a une grosse différence entre : demander de ne plus être indexé dans Google Actualités, et demander de ne plus être indexé dans Google (Web Search), tout n’est pas noir ou blanc, contrairement à ce que le laisse penser Google…

  4. Yoann a dit :

    Tout dépend de ce qu’a ordonné la décision de justice… Si tu as le compte rendu, ça serait intéressant de savoir ce qui est dit précisément !

    Cela dit, rien interdit à Google de bannir un site… Ce n’est pas un état Google, juste une entreprise privée !

    PS : Attendons le communiqué de Google sur le sujet (ou pas). Et puis, il y a peut-être erreur du côté de Google, qui aurait pu retirer par mégarde les sites de presse belge de Google tout entier, au lieu de Google News… Attendons sur un plus long terme.

  5. Yoann a dit :

    D’après Google, ce n’est qu’une application de la décision de justice…

    http://www.rtbf.be/info/medias/detail_la-presse-quotidienne-belge-n-est-plus-referencee-sur-google

  6. Steph a dit :

    TOMHTML : Pourquoi l’indexation des sites sur Google Actualité serait de la violation de leurs droits, et pas sur Google Search ? Les deux services sont similaires dans le fonctionnement : ils parcourent les pages des sites web, et affichent un extrait du contenu de le la page en fonction des recherches de l’utilisateur, en lui proposant d’aller consulter le contenu complet sur le site original.

  7. TOMHTML a dit :

    Steph : Google Search te permet de *rechercher* de l’information, Google Actualités te *propose* de l’information, c’est une nuance non négligeable, même si techniquement parlant c’est la même chose.

  8. ha ha a dit :

    Voir le jugement, il est bien demandé à ce que tout les liens / articles / photos soient retirés des sites Google.com et Google.be:

    http://www.copiepresse.be/pdf/Copiepresse5mai2011.pdf (avant dernière page).

  9. ha ha a dit :

    @TOMHTML: Google News n’affiche qu’un extrait des articles de news (c’est de l’ordre de la citation), l’extrait n’est absolument pas auto-suffisant, et pour avoir l’article complet il faut visiter le site. C’est que du bonus pour le site de news, c’est débile de vouloir se faire désindexer de google news.

  10. Bertrand a dit :

    Moi je dis tout simplement bravo Google.

    La presse belge n’a rien compris.

    Avec cela, on va avoir plus d’espace sur gmail lol

  11. ha ha a dit :

    > Ce boycott est dû au fait que Google refuse de payer les 25000 euros qui lui réclame le Tribunal pour cette affaire de contrefaçon.

    Heu non non, relisez le communiqué:

    « Le tribunal a demandé au géant américain de ne plus indexer ce contenu sous peine d’une astreinte de 25.000 € par violation. »

    On lui demande de retirer les articles. Et on le menace de payer une astreinte si il ne le fait pas. Donc il l’a fait.

  12. Philippe a dit :

    Ça ne leur tentait pas de tout simplement mettre un beau robots.txt avec ça dedans à la place ?

    User-agent: Googlebot
    Disallow: /

    Fini la chicane 😉

  13. Steph a dit :

    Philippe : non car un robots.txt ça ne rapporte rien. Tu peux être certains qu’ils ne voulaient pas être désindexés de Google, juste négocier un prix pour profiter du service, et être payé pour ça…

    D’ailleurs, maintenant, ils vont peut-être tenter une attaque pour « abus de positions dominantes » (mais vous avez vu monsieur le juge, Google est tout puissant, ils nous ont désindexés et on a plus un visiteur).

  14. Olivier a dit :

    Je viens de vous répondre de la part de Google France ! Désolé mais avec ce WE particulier, je n’avais pas de connexion immédiate sous la main. Cordialement

  15. pfiou a dit :

    Décision tout à fait normal de Google ! Je dis même bravo !

  16. Aurélien a dit :

    Bien fait, ils ont qu’à laisser Google tranquille plutôt que de les emmerder avec des conneries.
    Je ne suis pas toujours avec Google pour tout mais là faut pas pousser.

  17. Fred a dit :

    Copiepresse est en train de faire ce que les majors de la musique ont fait ces dix dernières années: refuser le changement.

    Les journaux ont voulu être présent sur internet et gratuitement, mais comprennent seulement maintenant que le « tout gratuit » ne paye pas. Faire payer à google leurs erreurs est une ineptie. Refuser d’être indexé sur googlenews est encore plus bête, car ça leur amenait un traffic énorme (personnellement, j’utilise googlenews uniquement pour aller sur des sites d’info. Je ne vais jamais directement sur ces sites).

    Enfin, Google est un acteur privé, rien n’empêche un consommateur d’employer un autre moteur de recherche (et ils sont nombreux).

  18. […] dans une revue de presse. Soit. Pour avoir failli à cela, Google a été condamné. Soit. Et Google applique la décision de justice avec zèle : Pour nous conformer à la récente décision de la Cour, nous sommes en train de […]

    Backlink
  19. Jason a dit :

    Bah, au moins Google est logique dans ces décisions. On ne peut rien leur reprocher sur ce cas précis.

  20. TOMHTML a dit :

    @Fred : « Refuser d’être indexé sur googlenews est encore plus bête, car ça leur amenait un trafic énorme »
    => affirmation erronée, Google News n’apporte pas autant de trafic que les autres sources, au final.

  21. […] surpris d’apprendre que « La presse belge bannie Google » (via […]

    Backlink
  22. Juliette a dit :

    A mettre en regard avec l’article « Google, le gentil monstre », qui fait part de la peur que peut inspirer Google, notamment après cet épisode de la presse belge…

    http://notre-entreprise-solidaire.fr/2011/google-le-gentil-monstre-2/

  23. Fredplus a dit :

    Perso, je dis qu’on n’attaque pas impunément Google et que le monde de la presse doit se faire petit face au géant qui leur permet de se faire connaitre.

  24. C’est dingue, en 2 minutes tu n’existes plus sur Internet.. Google a plus de pouvoir que l’on imagine..