Le 26 août 2010

Une Google car inspectée par la CNIL


Une Google car inspectée par la CNIL

La Commission a souhaité vérifier que les voitures de Google étaient désormais conformes…

Pas un jour se passe sans qu’une actualité vienne perturber le retour paisible des voitures de Google sur les routes mondiales. Le mois d’août a en effet été une cuvée d’exception pour les critiques du projet Street View.

Aujourd’hui, nouveau rebondissement. Bloomberg nous apprend qu’une Google car a été stoppée et fouillée [voir la mise à jour en bas de page, ndlr] par des inspecteurs de la CNIL près de Paris. Ceci était destiné à vérifier si ces fameuses voitures avaient cessé de collecter des données wifi.

Cette inspection est le résultat de la décision de Google de recommencer à photographier les rues avant que les autorités françaises aient décidé si la compagnie s’est conformé aux ordres de limiter la collecte de données Street View, a déclaré Yann Padova, le secrétaire général de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés.

Cet incident intervient une semaine après le retour des véhicules de Google. La CNIL s’était immédiatement déclarée préoccupée par ce retour « précipité ». Pourtant la Commission était sans doute au courant de ce retour avant le grand public puisqu’elle entretient des contacts réguliers avec la filiale française du moteur de recherches. La vérification de la suppression du matériel wifi aurait pu être faite avant, mais ça aurait nettement moins médiatique…

Toujours selon Bloomberg, la CNIL a également ordonné à Google de déclarer Google Latitude, l’application de géolocalisation sur Google Maps. Selon Yann Padova, la compagnie aurait refusé de le faire en expliquant que le programme n’est pas assujetti aux lois françaises.

Pendant ce temps, 21 autres voitures de la firme américaine continuent de sillonner les routes de France.

Édition du 27 août 2010 : Le service de presse de Google France a réagi à cette nouvelle. La voiture en question n’aurait pas été interceptée sans sommation, il semble au contraire qu’il s’agissait d’un rendez-vous organisé entre Google et la CNIL. Le tout il est vrai pour vérifier l’installation des véhicules et les données récoltées.

Erreur de communication (volontaire ?) de la CNIL ou mauvaise de compréhension de la journaliste de Bloomberg ? Quoiqu’il en soit, les Google cars continuent de progresser en France et ailleurs, les critiques et les rumeurs aussi.

Publié le 26 août 2010 à 21:53 par dans Actualité

Labels : , ,

1 commentaire

  1. […] au plein cœur de la tourmente de Google Street View concernant ses intrusions dans la vie privée, la CNIL effectuait des contrôles sur les voitures de la société. Les informations détaillées dans le rapport sont croustillantes… et font […]

    Backlink