Le 28 juillet 2010

Google dévoile son AdWords Policy Change Log


Google dévoile son AdWords Policy Change Log

L’Autorité française de la Concurrence avait exigé de la firme américaine des explications…

Le mois dernier, la société Navx, éditrice de services de localisation, avait réussi à faire plier Google. Aujourd’hui, cette dernière répond en partie aux demandes d’explications qui lui ont été soumises.

À l’origine, le compte AdWords de cette société avait été fermé par Google sans raison. C’est la startup française qui a du demander des explications, suite à quoi la multinationale avait répondu que les publicités diffusées par Navx pour des systèmes de géolocalisation des radars étaient non-conformes à sa politique. Saisie, l’Autorité de la Concurrence s’est prononcée en juin en ordonnant à Google de réactiver le compte AdWords de l’entreprise. Un cas visiblement unique, même si ce n’est pas la première fois que Google est condamné pour avoir fermé abusivement un compte annonceur.

Soucieuse de ne pas voir ce genre d’affaires se reproduire, l’Autorité avait exigé de Google qu’elle clarifie sa politique, notamment vis-à-vis des fournisseurs de données radar. Sur ce point, c’est désormais chose faite. Google a dévoilé aujourd’hui son AdWords Policy Change Log. Concrètement, il ne s’agit que d’une page de l’aide en ligne, mais sans doute l’une des plus importantes.

Cette page montre les changements à venir dans les politiques de publicité AdWords, est-il indiqué dans l’introduction. Le cas échéant, nous envoyons également des messages de service et des notifications pour les annonceurs qui sont directement touchées par nos changements de politique.

Pour l’instant, seuls sept thèmes publicitaires problématiques sont présentés :

  • Les remèdes miracles : qui sont interdits s’ils présentent de fausses allégations médicales. Des clarifications sont également exigées pour les annonceurs.
  • Les dispositifs de contournement des contrôles routiers : en France et en Pologne, les publicités pour les bases de données et logiciels de détection de radars sont désormais autorisées.
  • Les jeux d’argent et de hasard : « seules des entités officielles pourront assurer la promotion de loteries d’État ou nationales, dans les pays où la diffusion d’annonces pour des jeux d’argent et de hasard en ligne est autorisée »
  • Le piratage : les pubs pour les logiciels de cassage de CAPTCHAs sont désormais interdits.
  • L’affiliation implicite : « Ce règlement interdit la diffusion d’annonces qui suggèrent une affiliation, un partenariat ou une quelconque relation particulière avec un tiers ne présentant aucun lien avec l’annonceur. »
  • L’avortement : Les publicités pour l’avortement sont maintenant autorisées en Espagne.
  • Les « anti » et la violence : Ce thème n’apparait que de la version anglaise du AdWords Policy Change Log, il ne s’applique qu’à quelques pays d’Amérique du Sud. Il est là-bas interdit de faire de la publicité politique pendant les périodes électorales.

Un rare cas de transparence dans ce brouillard qu’est le réglement AdWords. Rien ne dit toutefois si, dans la réalité, cette liste est exhaustive. Bon nombre de clients AdWords ont vu leur compte supprimé alors qu’ils n’avaient aucun lien avec les catégories précédentes…

Publié le 28 juillet 2010 à 14:03 par dans Justice

Labels : , ,

3 commentaires

  1. Martin a dit :

    Je veux bien que « ce ne soit pas la première fois que Google est condamné pour avoir fermé abusivement un compte annonceur » mais la cible du lien parle d’une affaire liée à AdSense, pas AdWords 🙂
    Il s’agit dans ce cas d’un éditeur, pas d’un annonceur..

  2. C’est assez maigre en effet, et répond de façon minimale aux critiques formulées par les professionnels à propos d’adwords.

    Sans réelle concurrence, Google dicte ses règles.

  3. crevetteman a dit :

    google de toute façon est trop puissant, donc il fait bien ce qu’il veut