Le 22 mars 2010

Google.cn redirigé en dehors du firewall chinois


Google.cn redirigé en dehors du firewall chinois

Les menaces sont finalement suivies d’effets.

Google vient de mettre en place une redirection de Google.cn vers Google.com.hk (Hong Kong). Pour information, si Google Hong Kong est bien en chinois, il n’est pas opéré à l’intérieur du Firewall chinois, et permet donc de consulter les pages web censurées par le gouvernement chinois.

Sont également concernés par ce déménagement Google News et la recherche d’images. Les autres services (musique, maps) restent ouverts.

La chose est maintenant confirmée par le blog officiel de Google.

Google propose également un outil pour savoir quels services sont bloqués.

LukaL’avis de Luka : Je suis assez surpris que Google franchisse le pas. Je ne pensais vraiment pas que les menaces seraient mises à exécution. Google risque de perdre un des plus gros marchés, en très forte croissance. Microsoft a clairement annoncé qu’il ne ferait pas la même « erreur », en restant docile face au gouvernement chinois et à ses demandes de censure. Nous verrons dans quelques mois les conséquences de ce choix pour Google. Selon moi c’est un acte courageux, à confirmer dans l’avenir.
TOMHTMLÉdition par TOMHTML à 20h35 : La décision de Google est en demi-teinte, un compromis pathétique entre réponse positive aux attentes des internautes suite à l’annonce de janvier et les nécessités économiques dictées par ce marché géant qu’est la Chine. Donc non, Google.cn n’est pas fermé, « juste redirigé », la nuance est subtile. Non, les bureaux de Google en Chine ne vont pas fermer, les effectifs vont juste être réduits à néant ou presque si le gouvernement chinois bloque le site, nuance… Qui est perdant dans cette sombre affaire ? Les internautes chinois, la liberté d’expression dans le monde (car Google tend le bâton pour se faire… censurer), et les annonceurs du monde entier qui publient des annonces sur la version chinoise du moteur. Qui est gagnant ? La Chine, qui a tenu bon, malgré les tentatives désespérées d’accusation infondées de piratages en provenance d’universités chinoises ou même du gouvernement directement. Ce retrait donne également raison aux médias chinois qui reprochaient à Google ses liens trop proches avec les services de renseignements américains. Affaire à suivre ? Pas sur…
KendosL’avis de Kendos : J’hésite entre coup médiatique et réalité économique ? Connaissant Google, j’ai tendance a penser que ces deux aspects ne sont jamais oubliés ni négligés…. Pour l’image du géant de Mountain View, vis à vis du « reste du monde », c’est déjà gagné; qui mieux que Google aurait pu dire Non au Pays du Milieu, sous couvert de morale et d’éthique ? Concernant l’impact financier, à court et moyen terme, il ne faut pas oublier que le marché chinois ne représente pas grand chose aujourd’hui dans le chiffre d’affaire de Google… Un gros potentiel, certes, mais qui demeure essentiellement de l’investissement… Alors, quel est le meilleur moment pour mettre la pression ? Maintenant ou lorsque le marché aura explosé et représentera tant que toute marche arrière sera impossible ? Perso, je pense que le coup est bien joué…. Don’t Be Evil ? T’as raison…

Publié le 22 mars 2010 à 20:10 par dans Mise à jour

Labels : , ,

9 commentaires

  1. Geekyear a dit :

    Excellente initiative de la part de Google ! Je valide complètement. Faudrait pas qu’il change d’avis dans les jours à venir…

  2. TOMHTML a dit :

    Allez, je donne moins d’un mois aux chinois pour censurer l’accès au site de Hong-Kong. Les paris sont ouverts !

  3. zakyzak a dit :

    @ TOMHTML: Es-tu en train de dire qu’il valait mieux pour les chinois et la liberté d’expression que Google reste en chine en censurant son moteur de recherche ?

    Si ce n’est pas le cas, je suis assez surpris par un tel message. Dans tous les cas vous auriez été déçu par quelque chose, ça se voit clairement dans les propos exprimés.

    Etant donné que nous savions tous que la Chine ne lèverait pas le filtrage pour une entreprise (qui de plus est américaine), (elle ne le ferait même pas pour un gouvernement) la vraie question était de savoir si Google avait raison de quitter la Chine ou non. D’après ce message, on dirait qu’elle a tort. Et j’ai beaucoup de mal à croire qu’on puisse penser une chose pareille.

  4. ouguiliang a dit :

    peut être hébergé sur un serveur en dehors du mainland chinois… mais comme le dit TOMHTML très vite on aura plus accès du tout à GG !!!

  5. TOMHTML a dit :

    @zakyzak Google aurait du choisir le statut quo. Déjà il ne faut pas se leurrer, la liste des termes censurés en Chine n’est pas énorme. Ensuite, ce retrait de Google laisse un bon espoir pour tous les pays « anti-Internet » (Afghanistan, Turquie, …) de bouter hors de leurs contrées ce pourfendeur de la liberté d’expression. Enfin, Google n’a absolument rien à gagner à ne plus censurer ces résultats : il n’y a pas de « niche » publicitaire qui va s’ouvrir concernant Tiananmen ou certaines sectes chinoises…

    Et puis de toute façon Google.com reste accessible, c’est juste certains liens et certaines requêtes vers ce sites qui sont bloqués.

  6. Olivier a dit :

    Heu…en Chine rien n est accessible cela ne change rien pour l instant.

    Un coup de buzz de plus !

  7. […] Google.cn redirigé en dehors du firewall chinois – Zorgloob – Tout … […]

    Backlink
  8. jallatte a dit :

    Franchement logique que Google plie et ce n’est pas fini , maintenant il va falloir que Google soit gentil et qu’il se compromette un peu pour faire des sou-sous en cn
    effets de manche et fanfaronnades
    j’étais plié de rire à la lecture du titre de l’article de Zogloob.
    Faut pas se la jouer à l’envers (ça me rappelle la déclaration d’Obama qui ne veut pas payer etc…) M’enfin on en reparlera quand l’USD sera garanti par de l’Or

  9. […] En janvier dernier, Google surprenait tout le monde en annonçant son intention de cesser la censure de la version chinoise de son moteur, en représailles à une intrusion informatique ayant été perpétrée depuis ce pays d’Asie. La firme assurait mordicus que l’attaque venait de Chine, chose pourtant difficile à prouver dans un monde où les proxy sont légion, et soupçonnait même certains employés de complicité avec les pirates. Depuis mars, Google s’est partiellement retiré du marché chinois. […]

    Backlink