Le 28 février 2010

Google Street View et le paradoxe européen


Google Street View et le paradoxe européen

Les clichés des voitures de Google sont-ils trop précis, ou pas ?

Décidément, Google n’a vraiment pas de chance avec l’Europe ces derniers temps. Les ennuis politico-judiciaires s’accumulent pour la société californienne : jugement en défaveur de Google Vidéo en Italie (avec la pseudo-crainte d’un web censuré remise au goût du jour par la défenderesse), des plaintes pour abus de position dominante (position dominante, oui, mais où est l’abus ?), « taxe Google » en France, etc.

Dernière attaque en date, celle du G29, un organisme réunissant les différents organismes de protection des libertés et des données en Europe. La France est représentée par la CNIL. Selon l’AFP, le G29 a émis des critiques contre la durée de conservation des photographies originales réalisées par les voitures de Google Street View. En effet, pour améliorer sans cesse ses outils de floutage, Google conserve les clichés bruts pendant un an. Le G29 exige que la firme de Mountain View conserve les photos six mois au maximum. Pour l’organisme de protection de la vie privée, cela part d’une bonne intention car des demandes judiciaires ont déjà été envoyées à Google pour fournir les clichés non-floutés (dans une affaire d’agression publique notamment) et Google a accepté.

Là où le bât blesse, c’est sur l’argument du G29 pour justifier sa requête. Selon eux, le taux d’erreur concernant les floutages effectués sur les vues panoramiques de Google Street View est « très bas » et qu’il est donc « disproportionné de conserver les copies non floutées des photos pendant un an » après la publication sur internet. Or, c’est exactement l’argument contraire qui était utilisé par le préposé suisse à la protection des données il y a quelques mois pour justifier son ultimatum envers Google Street View. Selon Hanspeter Thür, il y avait un taux d’erreur de 2% avec le système de floutage de Google et qu’il avait reçu en conséquence de nombreuses plaintes.

Alors qui croire ?

Certes, la Suisse ne fait pas partie du G29 mais on pourrait s’attendre à une harmonisation des arguments dans ce domaine qui touche uniformément les occidentaux. Doit-on voir dans cette requête du groupement européen une dernière pique d’Alex Türk dans un but médiatique, une semaine avant que celui-ci quitte ses fonctions de président du G29 ?

Quoiqu’il en soit, un accord a été trouvé en Suisse, tout comme en Allemagne récemment, ce qui indique que Google va rendre public dans les semaines à venir les vues à 360° prises dans ces pays européens qui ne sont pas encore couverts, sans oublier la Belgique, l’Autriche, la Roumanie, et bien d’autres. Par ailleurs, il n’y a pas que les clichés pris par les Google cars qui sont utilisés pour le projet Street View, les photographies des utilisateurs sont également disponibles (non floutées, soit dit en passant) et la navigation parmi celles-ci a été améliorée cette semaine.

source source : Agence France Presse.

Publié le 28 février 2010 à 22:13 par dans Actualité

Labels : , , ,

5 commentaires

  1. Kimnaii a dit :

    Ça me soul ces histoires. Nous avons l’impression d’être en période de guerre froide où nous n’avions pas le droit de prendre de photos de lieu publique ou encore en pleine autocratie comme dans certains pays du moyen orient de nos jours.

    Allons-nous bientôt ne plus avoir le droit de prendre de photos lors de nos vacances en Europe (ou dans le monde) par crainte de nous voir réprimander si elles apparaissent sur Google Maps…ou pire…dans un de nos blog? Car effectivement, si on fait suer Google, on risque de nous faire le même coup pour des photos postées sur nos blogs vacances…et là, ça me casse les nuts.

    Je conseil aux vieux qui sont aux gouvernements et dans les tribunaux de péter un coup, de se détendre et d’arrêter de voir le mal partout.

    Et en ce qui concerne les plaintes pour abus de position dominante, je m’adresse à Microsoft, car il ne faut pas se leurrer, la plainte n’est certainement pas venu par hasard. Faut arrêter d’être jaloux et accepter que Google à un algorithme de recherche bien meilleur que le votre…et Bing!

  2. Autant la gestion des visuels interpelle et gêne beaucoup de monde, autant les données textuelles brutes ou construites (microformats) peuvent laisser l’internaute lambda de marbre. Pourtant Google stocke bien plus d’informations (et parfois des données sensibles) sous forme de caractères que de pixels… Les images parlent certainement plus…

  3. […] réunissant les différentes instacnes de protection des libertés et des données en Europe / Zorgloob Une odeur de chasse aux sorcières émane parfois de ces […]

    Backlink
  4. gilles a dit :

    Et pourtant nous sommes des centaines de millions dans le monde à aller consulter ces photos car elles nous apportent un plus qu’aucune carte au monde ne propose, alors il faudrait peut-être arrêter de toujours gueuler pour un oui et pour un non.

  5. balcon a dit :

    J’en ai marre de vos publicité bà la con,et surtout de sa musique.
    René Balcon