Le 12 janvier 2010

2009 : l’année des critiques contre Google


2009 : l’année des critiques contre Google

2009 aura été l’année des critiques, des pseudo-scandales et autres attaques plus ou moins fondées contre Google. Retour sur les dernières crises de l’année passée…

« Les critiques font mal ? Être critiqué, c’est déjà commencer à être aimé, non ? » En se basant sur cette citation de Jacques Dutronc et sur l’actualité de ces derniers mois, on pourrait en déduire que Google doit être vraiment aimé pour être critiqué à ce point… Mais pour l’instant, cela ressemble plus à de la haine ou de la jalousie qu’à de l’amour. Faisons le point sur les dernières attaques en date contre la firme de Mountain View.

Google Recherche de Livres

Début décembre, c’est la fête pour le groupe La Martinière / Le Seuil. Les « petits » éditeurs ont vaincu le « grand » Google dans un procès qui les opposait. Google a été jugé coupable de contrefaçon, avec 300 000 euros de dommages et intérêts, pour avoir diffusé des livres français encore soumis au droit d’auteur. Les avocats ont même réussi à mettre en cause Google France dans l’histoire.

Toutefois, les éditeurs ont peut-être gagné une bataille, mais la guerre est loin d’être terminée. Google a fait appel de ce jugement, il faut dire que les approximations et analyses douteuses dans ce procès ont été nombreuses. En Chine une plainte du même type a été déposée, la justice locale tranchera en mars prochain. L’Asie étant un marché sensible, les gens de Bellevue-la-Montagne ont préféré s’excuser auprès des auteurs chinois.

Attention à ne pas se tromper de débat, comme les éditeurs l’aimeraient, en mélangeant les polémiques précédentes à celles qui concernent la numérisation des œuvres de bibliothèques françaises. Les principales critiques ont été adressées à l’encontre de la Bibliothèque Municipale de Lyon, qui a signé un partenariat avec Google. Nicolas Sarkozy lui-même est contre cette idée – quitte à débourser plusieurs centaines de millions d’euros pour créer une pseudo-alternative – alors même que les arguments qui tiennent la route face à l’entreprise californienne se comptent sur les doigts d’une main.

Google AdWords

La quasi-totalité des revenus de Google provient des annonceurs publicitaires. Ces derniers se sont habituées depuis quelques années à recevoir des petits cadeaux de part de Google, à la période de Noël. Cette année, rien, pas même un crayon. Est-ce la crise ? Est-ce du au fait que Google parvient à trouver d’autres sources de revenus (ventes de téléphones, d’appliances, « partenariats », …) ? Toujours est-il que le cadeau officiel cette année n’est pas individuel, c’est un suite de dons destinés à des associations caritatives, pour un total de 20 millions de dollars. Un beau geste de la part de l’entreprise américaine, que les critiques ont vite fait d’assimiler à une façon subtile pour bénéficier d’une déduction fiscale… Et dans le même temps, un nombre en hausse d’annonceurs ont vu leurs comptes AdWords clôturés pour des raisons obscures, certains avancent même que Google en profiterait pour récupérer les clients des agences ainsi bannies. Don’t be evil?

Dernière nouvelle en date : le gouvernement français serait sur le point de pondre une nouvelle loi pour taxer les revenus des entreprises générant beaucoup d’argent avec les publicités, Google en tête. Le prétexte de cette manœuvre est tout aussi surprenant que la taxe elle-même : soutenir l’édition musicale, littéraire et celle de la presse. Résultat : des sites de presse dépendant de plus en plus des subventions de l’État, et celles-ci seront financées par les annonceurs AdWords au final…

Google Actualités

Après quelques mois de calme apparent, le monde de la presse – une partie, seulement – s’est rebellé contre Google News et son « pillage systématique des articles » publiés sur les sites des journaux. Un vif débat a eu lieu entre Google d’un côté, Libération et Le Monde de l’autre. Google y est pointé du doigt comme le bouc-émissaire des pertes de revenus publicitaire des journaux en ligne, voire de la presse en général. Philippe Jannet, PDG du Monde Interactif, a été le plus critique à l’égard de Google (Actualités) et de la fiscalité opaque de la filiale française.

Toutefois, on ne peut pas dire qu’il soit complètement allergique à la firme de Mountain View puisque ce jeudi encore il était présent aux côtés d’Anthony Zameczkowski, directeur des partenariats stratégiques de YouTube, pour remettre les prix du concours Planète Reporter organisé en collaboration avec les deux entreprises… De plus, Google inonde actuellement les espaces publicitaires des États-Unis et d’Europe pour promouvoir son navigateur Chrome, avec dans le lot une somme faramineuse pour l’achat d’encarts de pub dans les pages de vos quotidiens. Forcément, que Google l’admette ou non, c’est une façon de faire taire les critiques contre le désormais puissant annonceur… Nous vous invitons par ailleurs à lire ces deux articles intéressants de Novövision qui analyse la situation en détail.

La fiscalité de Google

Philippe Jannet a critiqué la fiscalité opaque de Google : le chiffre d’affaires annuel de l’agence française pour la publicité est estimé entre 800 et 900 millions d’euros, mais Google France n’en déclare que 40 millions de CA. L’argent est en fait évidemment transféré vers l’Irlande, c’est indiqué noir sur blanc lorsque vous acceptez le contrat de Google AdWords ou celui d’AdSense : c’est avec Google Irlande que vous signez le contrat, pas Google France. Du coup, de l’autre côté de la Manche, le même débat s’annonce.

Selon le Times, Google UK n’aurait payé aucune taxe sur ses 1700 millions d’euros de revenus publicitaires en 2008. En transférant les revenus de Londres à Dublin, le fisc britannique n’a touché que 157 000 euros sur les 500 millions qu’il aurait pu espérer obtenir. On peut comprendre le mécontentement des élus locaux, surtout lorsqu’ils ont découvert que le directeur de Google au Royaume-Uni a vu son salaire augmenté de 80% de 2007 à 2008. De son côté, la filiale irlandaise est passée de 16 millions d’euros de pertes en 2007 à un bénéfice de près de 3 millions d’euros l’année suivante…

Google Vidéo

Suite à la diffusion sur le portail Google Vidéo en 2006 d’une séquence montrant un trisomique se faire tabasser par des camarades de classe, une association italienne avait porté plainte. David Drummond, George Reyes et Peter Fleischer, trois grandes figures de Google accusées directement dans l’affaire, risquaient de passer un an derrière les barreaux. Finalement, le Tribunal du Turin a jugé qu’ils n’étaient pas responsables. Ce qui n’empêche pas la firme de continuer à être critiquée en Italie.

Google Suggest

Les propositions de recherches affichées lorsque vous entrez quelques lettres dans le champ texte du moteur sont très pratiques pour la majorité d’entre-nous, parfois la cible de plaisantins mais aussi de la Justice. Selon un tribunal parisien, « l’utilisateur moyen du moteur de recherche ne sait pas parfaitement que Google Suggest ne propose que des requêtes tapées avant lui par d’autre, internautes classés par ordre de popularité« . Par conséquent, quand le mot « arnaque » est affiché à côté de la marque « Direct Énergie », cela crée un trouble illicite pour cette entreprise.

Google a perdu, même en appel. Comme le souligne à juste titre Cédric Manara, la cour d’appel de Paris a de ce fait condamné le moteur « à faire mention sur son écran d’entrée d’une information destinée à l’internaute et permettant à celui-ci de comprendre comment est établie la liste des suggestions » (si l’on voulait faire un raccourci, on pourrait dire que le juge ne veut pas qu’il y ait d’arnaque sur l’origine de la suggestion !). Même sanction pour le Centre national privé de formation à distance (CNDFI). D’autres compagnies ainsi malmenées sur la Toile seraient près à leur emboîter le pas, mais cela pourrait se retourner contre elles. En effet, on a jamais autant associé le mot « arnaque » à Direct Énergie depuis cette affaire

Et ce n’est pas tout !

D’autres affaires ont secoué cette fin d’année 2009, on retiendra notamment le « dérapage » du PDG de Google Eric Schmidt sur la vie privée et Youtube qui se met au cloaking (faites ce que je dis, pas ce que je fais…). Étrangement, le fait que certains employés de Google soient obligés d’avoir un second boulot (magicien, gouverneur, testeur de gilets pare-balles) pour arrondir leurs fins de mois n’a pas fait plus de bruit que ça…

Plus généralement, tout au long de l’année 2009 Google aura subi un flot pratiquement discontinu de pertes de crédibilités et de critiques. En bref : des licenciements en masse, des bugs, de nombreuses pannes (Google Agenda, Gmail, Google News, et même tous simultanément), des ultimatums, de la censure, des algorithmes honteusement défectueux, et bien d’autres encore.

La raison de cette succession d’échecs et de défaites, malgré tous les lancements de produits réussis par ailleurs ? C’est sans nul doute un complot des biches enragées, depuis qu’une voiture Google a tué l’une des leurs il y a un an. Nous ne voyons pas d’autre explication !

Malgré toutes les critiques que Google a rencontré en 2009, la firme a continué à évolué et à offrir à ses utilisateurs nombre de nouveaux produits et de nouvelles fonctionnalités. Souhaitons leur que cela continue en 2010. Jean Sibelius a dit : « Ne fais pas attention à ce que dit la critique : on n’a jamais élevé une statue à un critique. » Pas sur non plus qu’on érige une statue à la gloire de Sergey Brin et Larry Page…

Publié le 12 janvier 2010 à 0:11 par dans Actualité

Labels : , , , , , , ,

8 commentaires

  1. TOMHTML a dit :

    Cet article est un peu long, et paraît peut-être un peu tard, mais sachez qu’il était en cours de rédaction depuis plus d’un mois…

    Maintenant, je peux enfin vous dire à tous, chers lecteurs de Zorgloob.com : BONNE ANNÉE !!!

  2. Kendos a dit :

    Bonne année à toi également et à toute l’équipe de Zorgloob…

    Je ne sais comment dire… mais ton article (superbement rédigé au demeurant) me laisse sceptique : malgré toutes ces critiques, ou plutôt, toutes ces bonnes observations, je n’arrive pas à en vouloir à Google ni même à regretter tout ce qu’ils font…

    J’ai comme l’impression qu’ils sont les plus forts et que cela implique forcément les critiques et les attaques de toutes parts… mais je ne peut me lasser de les admirer pour ça…

    Un pied de nez au conventionnel et au politiquement correct ? Certes… avec en plus ce petit côté « border line » qui fait que Google nous intéressera toujours…

    A ce propos, vous avez vu qui sont les 2 américains qui ont gagné le plus de pognon en 2009 ? Larry Page et Sergey Brin

    Rien que pour ça, j’aime Google !

  3. decouty a dit :

    Super article!
    Pour le package Google Adwords, je pense (j’espère) qu’ils attendaient la sortie du nexus one… les annonceurs étant plus important que les partenaires youtube qui eux ont reçu des n1

  4. TOMHTML a dit :

    @Kendos en fait je me suis rendu compte en faisant l’article que la majorité des critiques venaient du fait que c’était toujours plus facile de s’attaquer à celui qui « présente » le problème plutôt qu’au fond du problème… Google Books et Google News en sont de bons exemples.
    Mais bon, il reste quand même plein de points pour critiquer à juste titre ^^

  5. Beurt a dit :

    Reste quand même vraiment le problème *majeur* de la protection de la vie privée.

    Google amasse et croise trop d’information sur les utilisateurs/visiteurs et «Don’t do evil» ne suffit pas à les protéger.

    Il se dessine par ailleurs dans la diversification tout azimut une stratégie qui semble vouloir rendre captifs les surfers, toujours dans le but de capter un maximum d’informations à leur sujet. On pourra objecter qu’il est facile de quitter les services de Google. C’est vrai, on ne les quitte pas parce qu’ils sont bons. Le problème est que Google propose trop de bons services, et que cet ensemble représente un véritable piège à information personnelles.

    Alors Google doit être moins bon c’est ça ? Je pense qu’ils doivent surtout cesser de se diversifier.

  6. Romain a dit :

    Ceci étant, s’ils veulent encore évoluer, seule la diversification dans leur créneau leur permettra d’atteindre leurs objectifs.

  7. Mobi a dit :

    Espérons que Google va prosperer encore longtemps , acta , hadopi … aie aie qu’est-ce qui se prepare en douce ..?

  8. […] abouti à la condamnation de l’entreprise et de sa filiale française. C’est le cas du jugement de décembre 2009 qui opposait La Martinière (Le Seuil) contre Google […]

    Backlink