Le 3 décembre 2009

Allez plus vite avec Google


Allez plus vite avec Google

Ouverture de DNS au public, améliorations pour Youtube, aides et conseils pour les webmasters… Google va vite et nous invite à suivre son exemple.

Plusieurs nouveautés ont été lancées ces derniers jours par Google. Elles ont toutes ou presque pour point commun le thème de la vitesse. D’un côté c’est aux webmasters d’améliorer leurs sites pour qu’ils se chargent plus vite – le temps de chargement serait même un facteur influençant le positionnement selon Matt Cutts – et de l’autre c’est Google qui montre l’exemple en apportant des modifications à ses services.

Youtube Feather

C’est une interface « poids plume » (d’où son nom, Feather) que nous propose Youtube dans son laboratoire. En l’activant, le service vidéo de Google limite le poids des pages que vous visitez en supprimant des éléments peu utiles de la page, limitant le JavaScript à son strict minimum, chargeant les éléments en parallèle, etc. Il est précisé que l’amélioration de cette fonctionnalité en « béta » est toujours en cours et qu’elle peut ne pas fonctionner avec toutes les vidéos.

Google Public DNS

Pour les néophytes, un DNS est un serveur qui sert d’annuaire pour vous connecter à Internet. Exemple : quand vous tapez Zorgloob.com pour la première fois dans la barre d’adresses de votre navigateur préféré, votre ordinateur effectue en premier lieu une requête à un DNS, celui de votre fournisseur d’accès en général, pour connaître la véritable adresse du serveur où est hébergé le site, son adresse IP. L’inconvénient, c’est que certains DNS sont lents à répondre, d’autres captent vos fautes d’orthographe dans l’URL pour vous afficher de la publicité, en Chine ils sont censurés et d’autres ailleurs encore se font pirater.

Google a annoncé ce soir l’ouverture de son propre service de résolution de noms, nommé Google Public DNS. C’est strictement identique à ce que fait OpenDNS, vous pouvez donc suivre la même procédure pour changer vos DNS si vous le désirez. Seule différence, l’adresse IP du DNS primaire est 8.8.8.8 et celle du DNS secondaire est 8.8.4.4. Avez-vous déjà vu une adresse IP aussi courte et aussi facile à mémoriser ?! Pour l’anecdote, c’est la société Level 3 qui est propriétaire de cette classe A (8.xxx.xxx.xxx). Sachez également que cette IP ne correspond pas à un seul serveur de Google mais à plusieurs répartis dans le monde, d’où sa rapidité. Google garde une trace de toutes vos requêtes pendant 48 heures seulement.

Le marqueur de Google Analytics

Les plus anciens webmasters d’entre-vous (sic) se souviennent sans doute de cette date tragique du 14 novembre 2005. Au petit matin, Google lançait officiellement son application de mesure d’audience web. Toute la journée, des dizaines de milliers (si ce n’est plus) de webmasters ajoutent le marqueur JavaScript à leurs pages internet. Le soir, sous l’immensité de la demande, les serveurs tombent obligeant Google à fermer les inscriptions et à commander en urgence pour 300 millions d’euros de serveurs… Pendant ce temps, tous les sites ayant ajouté le marqueur de Google Analytics étaient inaccessibles.

Aujourd’hui, une telle catastrophe est certes moins probable, mais le risque zéro n’existe pas. C’est pourquoi Google préconise d’ajouter le marqueur en bas de la page, ainsi si le serveur est injoignable l’internaute aura quand même téléchargé le contenu de la page… Désormais, la firme californienne propose un code de tracking asynchrone. Le principe : une balise <script> est générée à la volée donc le téléchargement du code est réalisé en parallèle. Ainsi, si le serveur de Google Analytics est dans les choux, le reste de la page peut continuer à se charger normalement. Autre avantage, vous pouvez mettre ce code au début de votre page web, vous pourrez donc comptabiliser les internautes qui cliquent sur un lien de votre page avant le téléchargement complet de celle-ci.

Google Chrome Developer Tools

Les développeurs peuvent utiliser les fonctions avancées du navigateur de Google pour analyser et améliorer leurs pages web. En plus des outils d’analyse et d’édition du code HTML (DOM), il est maintenant possible de « profiler » le chargement des éléments d’une page web, et découvrir ce qui est rapide et ce qui ne l’est pas. Ces fonctionnalités sont à Chrome ce que Firebug combiné à YSlow sont à Firefox.

Performances du site avec Google Webmasters Tools

Les outils pour les webmasters qu’offre Google se voient dotés d’une nouvelle fonctionnalité depuis hier. Dans le menu « Labos » de chaque site que vous gérez vous avez accès à la page « performances du site ». Cette page vous indique sur un graphique l’évolution du temps de chargement moyen de votre site au des six derniers mois, et la compare au temps de chargement moyen des autres sites qu’il a visité. En dessous, il y a plus de détails sur les pages, ainsi que des conseils pour optimiser tout cela. On peut critiquer les chiffres (non, Zorgloob ne met pas 7 secondes à charger, sauf si on a une connexion en carton) mais cela à l’avantage de déterminer quelles sont les pages les plus lentes.

Publié le 3 décembre 2009 à 22:32 par dans Actualité, Nouveau produit

Labels : , , , , ,

16 commentaires

  1. Jean Benoit a dit :

    Attention, l’adresse du DNS secondaire est 8.8.4.4 et non 8.8.8.4

  2. Luka a dit :

    Merci, c’est corrigé. Comme d’habitude, notre rédac-chef sera sévèrement puni pour cette bourde.

  3. Kendos a dit :

    Encore un super article Tom…

    Concernant le DNS public de Google, je pense que nos lecteurs se posent la même question que moi :
    Hormis le gain de vitesse et de sécurité (annoncé par Google) qu’avons nous a gagner à modifier nos configs ?

    N’est-ce pas une fois de plus confier à l’aveugle toute notre vie privée aux oreilles de Moutain View ?

    Je vais interroger demain mon responsable Réseau à ce propos pour en savoir un peu plus…

    Tel qu’énoncé ce soir je suis sceptique…

  4. Pierre a dit :

    @Kendos : je n’ai pas vu de gain de vitesse au premier abord (je suis chez Free)
    Mais certains FAI fournissent des « DNS menteurs », il est donc utile d’avoir des DNS à qui se fier.

  5. Nicolas a dit :

    En ce qui me concerne, je vois une nette accélération de l’accès aux pages web. En tout cas, Gmail charge beaucoup plus vite ainsi que Google.com/ig.

    Pour info, je suis chez Free. Ce n’était pas lent. C’est juste plus rapide maintenant.

  6. TOMHTML a dit :

    Pas frapper ! Pas frapper ! 🙂
    Nous je pense que nous n’avons pas beaucoup d’intérêt, nos FAI proposent des bons DNS en France. Mais dans certains pays c’est loin d’être le cas…

    On peut aussi craindre que Google ne garde les logs pour faire des stats sur les sites, les internautes… mais **officiellement** ce n’est pas le cas, d’après Google…

  7. amau96 a dit :

    Et l’ip V6 dans tout ca pour les DNS 🙂

  8. Luka a dit :

    Au canada par exemple, les DNS de Bell sont très très mauvais… Donc je suis très content de pouvoir utiliser une IP facilement mémorisable en guise de DNS.

  9. SeB a dit :

    le DNS Google…
    Encore un moyen supplémentaire pour google d’engranger des informations privées sur les habitudes des internautes.
    Non merci.

    SeB.

  10. lemulot a dit :

    J’avoue etre assez mitiger a utiliser les dns google …

    Comme le disent certain en france, sa va, donc je pense pas etre la « cible » de ce genre de service.

  11. willemijns a dit :

    recherchez sur bing ou autres yahoo « vivilproject dns » et lisez la liste des DNS publics et testés par moi… donnez vos habitudes de visites à opendns et googledns non !

  12. Knos a dit :

    je verrai si ce dns marche au lycée ^^

  13. TOMHTML a dit :

    @SeB : ah? Qu’est-ce que tu crois qu’il font chez OpenDNS a ton avis ?

  14. […] à la rapidité d’affichage des pages web qu’elle s’est attaquée avec toute une série de mesures allant d’outils pour les webmasters à un DNS efficace. Le but non avoué : permettre aux […]

    Backlink
  15. […] à sortie depuis quelques temps un service DNS. Nous n’allons pas décrire le service DNS en lui même. En effet je vois encore ici le moyen […]

    Backlink
  16. […] Il y a un an, Google nous avait présenté un outil d’audit pour les développeurs, nommé Page Speed, afin de les aider à accélérer leurs pages web. Les recommandations obtenues étaient alors des […]

    Backlink