Le 1 décembre 2009

Les coulisses du partenariat Google / Bibliothèque de Lyon


Les coulisses du partenariat Google / Bibliothèque de Lyon

Le contrat a finalement été rendu public ce soir…

Il y a un an et demi, Google et la ville de Lyon annonçaient en grandes pompes la signature d’un partenariat pour la numérisation de 500 000 de bouquins. Les œuvres seront à termes toutes disponibles dans Google Recherche de Livres. Le contrat entre les deux parties n’avait pas été rendu public, voila qui est maintenant chose faite, comme l’explique Anne Brigaudeau sur son site.

Tout d’abord, on apprend qu’il n’y a pas deux parties en jeu, mais trois : la Ville de Lyon, Google Irlande (et non Google France) ainsi que son prestataire français pour la numérisation « Scanning Solutions ». Sur les 1,3 millions de livres que possède la Bibliothèque municipale de Lyon, Google a dix ans pour en scanner 450 000 à 500 000, la moitié d’entre-eux devront déjà avoir été numérisés au bout de quatre ans. Tous ces livres ont été publiés avant le XXème siècle et son libres de droit, il est important de le signaler…

Il n’y a aucun accord financier entre Google et Lyon. Google numérise les livres, effectue une transcription OCR, peut en faire ce qu’il veut et l’utiliser comme bon lui semble : l’entreprise est propriétaire des fichiers générés. En contre-partie, Google doit retourner les livres en bon état (cela va de soit) à la bibliothèque du quartier de la Part-Dieu, fournir une copie de la numérisation et de la transcription, rendre accessible sur Internet ces œuvres, donner la possibilité pour la ville de Lyon de rechercher et télécharger les images originales des numérisation directement depuis les serveurs de Google. Lyon a d’ores et déjà décidé de créer sa propre bibliothèque virtuelle à partir des images fournies par Google.

La ville et le moteur s’échangent des méta-données sur les bouquin; la création d’une méta-donnée coute 67 centimes par livres, à la charge de Google. C’est la ville de Gérard Collomb qui fournit les livres à numériser à Google, ainsi l’accord prévoit que si Google scanne un livre encore sous droit d’auteur, alors cela engagerait la seule responsabilité de la ville et non du moteur de recherches.

Une foule de détails est disponible dans le contrat rendu public sur la gestion d’une telle opération : de la façon dont les livres sont rangés sur les armoires à roulettes à la température des salles de numérisation, jusqu’aux contrôles de qualité des fichiers numériques et de leurs accès en ligne.

Ce contrat semble donc très bien ficelé et devrait, à première vue, apaiser les esprits dans le contexte actuel du milieu littéraire où la sauvegarde du droit d’auteur semble être la première des préoccupations.

Publié le 1 décembre 2009 à 1:14 par dans Actualité

Labels : ,

5 commentaires

  1. ritonlafauche a dit :

    Un truc étrange, allez à cette adresse vous comprendrez :

    http://www.scanningsolutions.fr/

  2. TOMHTML a dit :

    Bien vu,
    Mais je ne suis pas certain que cela veuille dire grand chose puisque le nom de domaine a été enregistré il y a seulement deux mois, et il est possible qu’à l’avenir ça pointe sur un serveur de Google (Apps, App Engine, …).
    On va quand même suivre ça de près.

  3. Luka a dit :

    Explication : afin d’éviter les complications financières, scanning solutions est une entreprise qui probablement a été créé pour l’occasion par Google (capital de 8000 euros, c’est très peu). Ainsi, scanning solutions serait un sous traitant de Google Irlande, le représentant, et évitant des problèmes comme un appel d’offre européen et autres soucis fiscaux…

  4. […] ont été adressées à l’encontre de la Bibliothèque Municipale de Lyon, qui a signé un partenariat avec Google. Nicolas Sarkozy lui-même est contre cette idée – quitte à débourser plusieurs centaines de […]

    Backlink
  5. […] critiques ont été adressées à l’encontre de la Bibliothèque Municipale de Lyon, qui a signé un partenariat avec Google. Nicolas Sarkozy lui-même est contre cette idée – quitte à débourser plusieurs centaines de […]

    Backlink