Le 2 octobre 2009

Une invitation Google Wave ? Pour quoi faire ?


Google wave Le buzz de Google est réussi. Est-ce aussi le cas de l’application ? On en est loin, très loin…

C’est le buzz du moment, les 100 000 premières invitations Google Wave « Preview » ont été envoyées ces trois derniers jours. Google Wave, un protocole et un projet associé censés se substituer à l’e-mail à moyen ou long terme, avait été annoncé en grandes pompes en mai. Nous avons pu tester l’outil de Google depuis quelques mois, en mode « Sandbox » dédié aux développeurs.

Comme l’indiquait l’équipe en charge de son développement sur son blog, les invitations ont été envoyées aux premiers inscrits, qui pouvaient eux-même inviter par la suite d’autres personnes. Mais comme ils le précisent eux-mêmes : Google Wave n’est pas prêt pour sa grande sortie. […] Vous vivrez toutefois encore quelques plantages occasionnels, une partie du système étant un peu lente, et l’interface utilisateur, comment dire, particulière. Alors pourquoi autant de demandes pour une invitation à un produit non-fini et rempli de bugs ? Pourquoi certains sont-ils prêts à payer plus de 100 euros pour avoir une invitation sur eBay ?

Tout cela est dû à la puissance marketing de Google, grand maître en matière de buzz. Grande annonce à la Steve Jobs, parler de « révolution », fournir le produit à une poignée d’utilisateurs triés sur le volet pour qu’ils fassent de la bonne publicité qui attirera le geek en manque de nouveauté, puis continuer à envoyer des invitations par vagues successives. Cela marche à tous les coups. Ou presque, car cette fois, Google a mis la barre un peu trop haut.

Non, le problème ne vient pas du marketing, dont le buzz généré était tellement imposant que rares sont les entreprises qui pourraient lancer un produit nommé « Wave » (vague) en plein tsunami… Le problème ne semble pas non plus venir du protocole, même si cela reste à prouver, nous y reviendrons. Le problème vient plutôt de l’implémentation, l’application qui est proposée aux internautes.

« A quoi ressemblerait le mail s’il était inventé aujourd’hui ? » S’il ressemblait à Google Wave, La Poste n’aurait aucune crainte à avoir face à Internet, selon la logique de Xavier Bertrand, tant il ne facilite pas la communication mais la complique

Le design est joli, mais peu ergonomique. Cela peut s’expliquer par le fait que Google Wave se veut radicalement innovant, un produit qui ne se base pas sur quelque-chose d’existant. Le concept est lui aussi difficile à saisir. Plus problématique : les bugs et les plantages. Nombreux, ils sont principalement dûs au poids de l’application. Charger une page avec des dizaines des auteurs qui ont fait plusieurs contributions, toutes versionnées, avec des images, des vidéos, des cartes Google Maps, le tout en JavaScript et faisant des appels permanents pour donner vie au temps-réel : il faut un ordinateur puissant pour supporter ça — ce n’est pas aussi fluide que sur les vidéos de présentation.

Ces bugs et lenteurs, le développeur peut les accepter; pas l’utilisateur lambda.

De plus, Google Wave est incompatible avec Internet Explorer (sauf pour les rares casse-cou qui installeront Chrome Frame) et Opera. Pour le renouveau de l’e-mail ouvert à tous, il faudra repasser. Sans oublier qu’il manque encore des fonctions importantes, comme la suppression de message ou le retrait de participants. Bref, ceux qui pensent déjà que Google Wave est un « Twitter-killer » ou un « Facebook-killer » n’ont tout simplement pas testé cette application.

Cependant tout cela n’est rien face au plus gros problème auquel doit faire face le protocole Wave : son concept. Deux concepts fondamentaux d’Internet ne sont pas compatibles avec ce produit. Le premier, c’est le besoin de trace écrite, d’archivage, notamment en entreprise. Combien de fois avez-vous envoyé un e-mail suite à une conversation téléphonique ou suite à une réunion pour confirmer les propos échangés ? Cela devient plus flou avec Wave, où n’importe quel message dans une conversation peut être modifié sans que personne ne s’en aperçoive. Quant à l’archivage, il semble que ce soit une notion aussi inexistante que sur Twitter.

Autre point fondamental : les internautes sont fainéants, jusqu’au bout des ongles. Oui, c’est dans la nature de l’Homme. Voici un scénario tel que se l’imaginent sans doute les créateurs de Google Wave dans un monde tout-beau-tout-gentil : Pierre a rencontré une jolie suédoise sur Google Romance et se décide enfin à lui envoyer une vague pour l’inviter à dîner le mois prochain. Un samedi ? Un dimanche ? 14 heures ? 15 heures ? Restaurant parisien très chic ou Flunch de Triffouillis-sur-le-Gro ? Chacun modifie le même et unique wave et ajoute des commentaires si besoin est. Dans la réalité, Wave perd toute son utilité : Pierre étant quelqu’un de très demandé, il reçoit plein de waves, donc quand un impératif l’y oblige il crée un nouveau message pour la Suédoise avec la nouvelle date du rendez-vous. C’est plus rapide que de rechercher le wave d’origine parmi tous les autres et de le modifier. Et puis modifier un wave, cela se fait sans bruit, sans notification aux autres utilisateurs : comment la blonde givrée peut-elle savoir que Pierre a modifié l’heure du rendez-vous quand elle consulte ses waves en coup de vent ?

Pour conclure ce pamphlet* à l’encontre du nouveau joujou à la mode, faisons le point : Google Wave n’est certainement pas le remplaçant à l’e-mail, ce dernier a encore de beaux jours devant lui. Il se rapproche plus de Google Docs, sous beaucoup de points de vue : l’aspect collaboratif, temps réel, les gadgets, toutes les informations « dans un nuage »… De fait, tous les problèmes énoncés ici risquent de ranger définitivement Google Wave dans la même catégorie que Lively et les autres fonctionnalités qui n’auront pas rencontré le public escompté.

Pour ceux qui, malgré tout, veulent tenter l’expérience, deux ingénieurs australiens de Google vous font le tour des fonctionnalités de Google Wave, en vidéo :

Quant aux fameuses invitations, dès qu’on en aura de nouvelles à vous proposer, on vous le fera savoir sur Twitter : suivez-nous ! 😉

(*) Plus objectif qu’il n’y paraît, Robert Scoble est du même avis.

Publié le 2 octobre 2009 à 15:30 par dans Actualité

27 commentaires

  1. TOMHTML a dit :

    Les pro-Google Wave sont les bienvenus, le débat est ouvert 🙂

  2. Luka a dit :

    Le problème pour faire un débat il faut avoir accès au service… et peu de gens sont sur wave.

  3. TOMHTML a dit :

    C'est vrai que j'aurais pu lancer ce débat… sur Wave ^^

  4. Dahu a dit :

    A priori dans la présentation l'usage de la fonction playback m'avait l'air de faire le boulot de l'historique, toute modification est tracée et peut être rejouée.
    Et lors de la modification de wave, si nous ne sommes pas connecté au wave en question il apparait en gras dans la liste des waves. La vue détail du wave montrant les modifications effectuées.

    Pour la question du volume de wave important que pourrait recevoir une personne, il lui suffit d'être un peu organisé. Au début de la présentation (la version longue d'1h20) ils précisent bien que les waves peuvent être rangés dans un dossier et taggués, deux moyens efficaces et modernes de classer et retrouver de l'information de nos jours.

    Enfin, pour les problèmes de performance avec javascript c'est parce que l'implémentation du client a été faite dans une page html. Je me goure peut-être mais rien n'interdit d'avoir un client lourd pour accéder à ses waves.

    PS: féniants –> j'aurais écrit fainéant moi ;o)

  5. TOMHTML a dit :

    Toujours un gros doute sur cette orthographe, j'avais écrit "est une grosse féniasse" à l'origine 😉
    Merci je vais corriger.

    Pour la fonction playback, encore faut-il deviner qu'il y a eu modification. Sinon tu ne cliques pas dessus. Et ça ne facilite pas la recherche.

    Quant à l'organisation, je ne suis pas d'accord. Même quand tu es bien organisé et que tu utilises tous les outils à ta disposition, il n'est pas toujours évident de savoir qu'est-ce qui est important, surtout s'il n'apparaît pas tout de suite quand tu ouvres l'application. C'est pour ça que pour beaucoup de personnes c'est le dernier e-mail en date qui est prioritaire 😉

  6. Jeremy a dit :

    Hum, même si je ne suis pas non plus sur de ce que donnera Wave, je pense que tu te trompes sur certains points:

    "Et puis modifier un wave, cela se fait sans bruit, sans notification aux autres utilisateurs : comment la blonde givrée peut-elle savoir que Pierre a modifié l'heure du rendez-vous quand elle consulte ses waves en coup de vent ?"

    – Modifier une Wave fait remonter la Wave dans ta pile (changement de la dernière date de modification) et avec l'indicateur Vert et si tu cliques dessus cela te met sur le blip modifié.

    Bref je ne vois pas ce problème.

  7. Ludo a dit :

    J'appuie Jérémy sur le fait qu'une modification se voit très bien. Les waves modifiées sont remontées et mises en surbrillance avec le nombre de modifications effectuées sur la wave en question (comme un thread de mails dans gmail).

    Le système de recherche permet en plus de palier au problème du "comment retrouver l'horaire du rdv" de ton exemple.

    De mon point de vue l'outil est globalement très puissant et les utilisateurs potentiels (ceux qui se risque à installer un navigateur performant) seront aptes à l'utiliser tel qu'il en ont le besoin.

    Reste qu'effectivement c'est une "Preview", terme utilisé par Google pour dire "beta" (vu que "beta" est déjà pris dans les autres applis pour dire "1.0")

  8. Bicou a dit :

    Moi je n'aurais pas la prétention de google à dire que ça va remplacer les mails, mais en ce qui me concerne ce sera parfait pour discuter comme je le fais actuellement avec mes amis sur gmail, mais en mieux
    Gmail est déjà très bien pour les conversations, ça améliore déjà les mails par rapport aux autres webmails, mais si les vidéos, images, maps, sondages, etc. sont "embedés" directement dans la conversation, ce sera(it) vraiment parfait!!

    Et je ne comprends pas la manie des gens a vouloir trouver des killer à tout. Android est l'iphone killer ? Twitter le facebook killer ? Wave le twitter killer ?
    Non, pour moi chacun a son marché, chacun a ses "clients", et on peut avoir l'un sans avoir besoin de l'autre (par exemple j'utilise facebook tous les jours, mais absolument pas twitter)

    Bref, je suis autant impatient de découvrir wave que je l'étais en mai

  9. Sy a dit :

    Je ne suis pas pro-Google, mais je sais voir le potentiel de l'outil derrière les lacunes d'une version alpha (faut-il le rappeler).
    Quand à l'argument "Scoble", il me fait bien rigoler. Comment un mec qui n'a pas participé à une seule wave publique peut juger de l'opportunité de l'outil.
    Pour ce que j'en ai testé, c'est un outil collaboratif très puissant et vraiment efficace. Si l'email y est ajouté, ce qui ne me parait pas insurmontable, tout sera en place pour une nouvelle évolution du web.
    Mais bon si Scoble a dit que c'était nul…

  10. AdrienL a dit :

    Comme beaucoup, je n'ai pas pu essayer 🙁
    Par contre, ca me semble bien intéressant pour le travail collaboratif !

    D'ailleurs, ca marche comment cette histoire de pile ?

    Etape 1 : Je veux mettre à disposition un document auprès de mon équipe : je créé une vague.
    Etape 2 : Je veux que bob mette à jour le sous paragraphe 4.25 de l'annexe du document. Je fais comment ? Y a moyen pour que le wave remonte uniquement dans la pile de bob ? y a til une notion de « version mineure » et « version majeur » dans les wave ?

    Et le coté « opensource » ? y a t il moyen de modifier « profondément » le fonctionnement de gw ?

  11. Oxmosys a dit :

    En même temps Wave est un protocole, on peut l'utiliser sur une page web, ou avec un logiciel (comme outlook, thunderbird) lorsque les logiciels pour gérer ce protocole existeront.

    ET il est possible de le "brancher" à bien d'autres choses.. donc à moins que je ne m'abuse, il serait possible qu'à terme une Wave inclut des emails, une conversation MSN et un blog simultanément..

    Tout ca en font un outil redoutablement universel. Et tous ce qu'on lui reproche dans l'article est en fait possible, à condition de jeter un oeil aux options existantes..

  12. Bruno Rives a dit :

    Un peu tôt pour se prononcer, non? Il faut laisser du temps au temps. Lorsqu'on voit ce que SAP fait avec Wave (Gravity,…), lorsqu'on pratique les approches wikis limitées par le manque de temps réel et de souplesse, on ne peut qu'essayer d'expérimenter et attendre le retour d'expérience et les applis des développeurs. Je me souviens que lorsque Google Earth est sorti, tout le monde se demandait ce que Google venait bien faire dans le secteur de la cartographie. On voit ce que tout cela est devenu avec Maps sur PC et iPhone. A suivre…

  13. Farof a dit :

    (Je n'ai pas lu les autres commentaires)

    Je trouve l'article bourré de contre vérité, pour ne pas dire plus…

    Comme l'auteur l'écrit noir sur blanc, les problèmes actuels sont dû à l'implémentation. Implémentation qui n'en est qu'une (la plus avancée) parmis plusieurs. Le protocole étant libre et la communication inter-serveur étant possible, n'importe qui (s'en donnant les moyen) peut développer / installer un serveur wave.

    Y-a-t-il un seul serveur / client http ? smtp ? jabber ? Dans 5 ans, on peu parier sur des dizaines d'implémentation de serveur et de client pour le protocole wave, chacune ayant ses usages spécifiques, certain surement meilleur que l'implémentation initiale de google.

    Concernant les défauts pointés :
    – Peu ergonomique : Des implémentations plus ergonomique ou dédié à des usages plus précis verront le jour.
    – Bug et plantage du au nombre de widget / javascript : Rien n'empeche de créer un client lourd qui court circuite le navigateur et fait gagner beaucoup de perf.
    – Incompatible avec IE et Opera : ça le sera, ou d'autres implémentations le seront.
    – Pas d'archivage : Un robot et/ou widget archiveur ? Franchement…
    – Modification silencieuse : widget avertisseur ? historique des wavelet ? envoie de sms lors d'une modif ?
    – Wave importante qui se perd dans la masse : fonction "star" à la gmail ? "sticky" à la forum ?

    Oui leur implémentation à de grosse lacune, et alors ? Est-ce qu'on tourne sous Netscape 1.0 ? Le client Google Wave évoluera, ou mourra pour laisser place à de bien meilleur implémentation.

    Le démontage gratuit c'est facile (ça doit surtout faire buzzer de dire du mal de google wave…), mais autant le faire avec bonne foi, là c'est juste honteux.

  14. TOMHTML a dit :

    @Farof je ne comprends pas tes remarques concernant l'implémentation, car tu les reprends toutes en disant, en somme, "oui mais…". Donc tu es d'accord avec moi sur la version actuellement proposée… J'ose à croire que les futures versions de ce produit, ou les autres produits basés sur le protocole, seront meilleurs.

    @Oxmosys l'article est scindé en deux parties : mon avis sur l'implémentation, puis ce que je pense du protocole.

    @Sy je suis tombé sur l'article de Scoble en rédigeant mon article, ça aurait pu être n'importe qui d'autre finalement 😉 [exemple : Korben]

    @all Je persiste à dire qu'une modification n'est pas aussi visible que ça. Oui le "wave" est en gras et oui peut/pourra épingler le message en haut de la liste. Néanmoins, le comportement actuel est le même que pour Google Docs : quand qqun d'autre modifie un message, vous pouvez à la limite savoir quand a eu lieu la dernière modif et qui l'a faite, mais à moins d'avoir un texte suffisamment court pour voir directement les modifs réalisées, vous serez obligés de faire un "diff" (ou "playback") entre les versions. Bref, la modification apportée n'est pas mise en valeur.

  15. Farof a dit :

    @tomhtml
    Bien sûr que certaines de mes remarques sont en forme de "oui mais". Étant donnée que c'est ce qu'il y à de mieux à dire pour ces points, et ce qui devrait selon moi être dis dans l'article plutôt que de critiquer négativement en omettant la réalité de ce qui sera ou ce qui pourrait être.

    J'imagine très bien un article similaire il y a 15 ans disant qu'internet ne sert a rien parcqu'avec une connexion de 56kb/s on va plus vite en cherchant les info autre part. En oubliant de préciser que la vitesse de connexion va augmenter avec les années et les interêt d'internet croitre parallèlement.
    Ou un article déclarant l'inutilité de l'e-mail face au téléphone pour des raisons que je pourrais énuméré nombreuse.

    Ce que je reproche à l'article n'est pas les défaut qu'il relève dans Google wave, mais l'absence de mise en perspective temporelle et technologique qui est absolument neccéssaire pour juger un produit de la sorte et les usages qu'il offre dans le présent et le futur.

  16. Wave a dit :

    waveinvitation@gmail.com

  17. Nico a dit :

    La seule chose que je relève de ton article c'est que tu traites du sujet comme si google wave était un produit fini. C'est une première beta (limite alpha), la plupart des fonctions ne sont pas implémentées. La modification sera surement tracée à terme, ou des plugins viendrons surement se greffer pour cette fonction.

    Bref j'ai un compte google wave et c'est bien vide pour le moment, c'est pleins de bug, un peu lent et pas encore complet. Mais ça reste une belle preuve que le concept fonctionne et qu'il y a du potentiel. 🙂

  18. Sy a dit :

    @TOMHTML "Bref, la modification apportée n'est pas mise en valeur"

    Ce n'est pas tout à fait vrai : si tu cliques sur le compteur de modification, Wave t'envoie sur la première des modifs non vues et ainsi de suite… Ce n'est pas parfait mais bon.

    Après les débats, si je comprend bien, ton principal reproche à Google Wave, c'est de t'avoir invité à sa version preview et de ne pas te fournir une version 1.0 😉

  19. Sy a dit :

    En parlant d'ergonomie c'est pénible de devoir remonter en haut des commentaires pour commenter…

    sinon, les quelques wavers peuvent venir jouer avec les autres wavers francophones :
    ici : Une wave de francophones
    ou là : bien démarrer avec Wave

  20. wullon a dit :

    Gros +1 à TOMHTML ^^.

  21. Benoît a dit :

    Wave c'est un gros bordel. Il faut être plus que très organisé pour s'y retrouver, même à l'intérieur d'une Wave. Dans une seule et même Wave, il est facile de trouver une réponse au dessus de la question posée simplement parce qu'on était déjà en train de rédiger au dessus…
    Et ce que dit Tomhtml sur les modifs est très vrai, on ne s'en aperçoit presque pas et il n'est pas possible de protéger une wavelet de modificaions. quand il y a une trentaine de wavelets, la fonction playback est plus que fastidieuse pour reperer LE moment où la modif a été faite. Bref je ne vois pas l'utilité concrète encore de Wave (sans compter la lourdeur du truc, une Wave avec 50 participants c est très très lourd et dificile à saisir quand on travail sur un 15 pouces… Propriétaires de netbook, bravo à ceux qui arrivent à bien se débrouiller sur Wave!:)

  22. Anonymous a dit :

    surtout ne payez pas même si vous êtes sûr de recevoir une invitation
    personnellement j'ai eu une invitation sur ce site et j'ai distribué mes 8 invitations à ceux qui sont sur ce site :
    http://googlewaveinvitation.toutweb.net/

  23. officelive-cgn a dit :

    Bonjour
    Google m'a convié a son service wave, il y a quelques jours. J'ai donc 8 invitations. Je m'en réserve 2 pour mes proches. Ca fait donc 6!. (le compte est bon !!!).
    pour avoir les invites aller voir le site julesandjoce.com , rechercher l'article google wave.
    C'est évidemment gratuit!

  24. Fabien a dit :

    Bonjour,

    Vous pourrez trouver des invitations à gagner ici : http://pix-geeks.com/geeks/invitation-google-wave/

    Bonne vague 😉

    Fabien

  25. ktorz a dit :

    Bonjour,
    pour ceux qui n'ont pu tester Google Wave, il me reste quelques invitations sur mon blog

  26. pratiqueweb.contact a dit :

    Bonjour, pour tout ceux qui n'ont pas eu la chance de recevoir une invitation a Google Wave vous pourrez en trouver sur ce site : http://www.pratiqueweb.fr

  27. Gérard a dit :

    Bonjour,
    Si qlq veut des invitations peut rendre ce lien http://lespoemesdamour.blogspot.com/2009/12/des-invitations-google-wave-pour.html
    je l'ai trouvé par hasard 🙂