Le 23 mars 2009

Google France s’intéresse aux collégiens et aux lycéens


Google supernanny Quand Google fait ami-ami avec le ministère de l’enseignement nationale…

L’enfant, c’est bien connu, est une mine d’or pour les fabricants et annonceurs de tous genres. Si un enfant adopte votre marque, il a toutes les chances pour continuer à acheter des produits de cette même marque après 18 ans, et selon les cas il parviendra également à convertir ses parents.

Google, comme toutes les autres entreprises, s’est déjà aventuré sur le terrain — mais à petite dose. En effet, le moteur jouit déjà d’une telle réputation qu’il n’a plus grand monde à convertir, surtout en France. Quand la firme s’intéresse aux jeunes, ils sont rarement très jeunes : les étudiants sont les principales cibles de la politique marketing, par le biais des concours ou des partenariats avec les universités.

Aujourd’hui, les deux annonces du côté de l’avenue de l’Opéra sont relatives au monde de l’éducation. Premièrement, c’est en partenariat avec le moteur de recherche et l’entreprise Calysto que le ministre de l’Éducation Nationale, Xavier Darcos, a été dévoilé le concours « ChercheNet ». C’est un jeu-concours où les collégiens doivent rechercher des informations sur Internet. Le concept n’est pas très original puisque le même concours avec les mêmes participants avait été organisé en 2007, mais cela à le mérite d’inciter les collégiens à ne pas prendre bêtement le premier résultat de leur recherche sur Google quand ils recopient leurs devoirs ou alimentent leurs Skyblog… L’entreprise californienne fournit un document PDF pour apprendre aux jeunes à bien utiliser ses différents produits. En effet, selon une étude et contrairement à ce que l’ont pourrait penser, les enfants ne savent pas encore parfaitement manipuler ce genre d’outils — pour l’instant.

Dans le même temps, un communiqué émis par Google France explique que « Richard Descoings vient d’annoncer que la Fondation Nationale des Sciences Politiques (dans le cadre de la mission de consultation sur la réforme du Lycée, confiée par le Ministre de l’Éducation Nationale) rend désormais accessible sur Internet son dispositif de consultation « Lycée pour tous« . Cette opération fait l’objet d’une page dédiée sur la plate-forme de partage et d’échange de vidéos YouTube, ainsi que d’un blog associé ». En clair, vous pouvez vous filmer en train de critiquer votre bahut et poster la vidéo sur le net, vous aurez peut-être plus de chance — espérons-le — de voir vos revendications entendues plutôt que de taguer vos idées sur les murs ou de les scander dans les rues.

Conclusion : une fois de plus, Google se pose en tant que lien entre les acteurs de la vie citoyenne, que ce soit entre les collégiens et leurs profs ou entre les lycéens et le Ministère. Cependant, dans le premier cas et pour la première fois, l’action principale est clairement de faire de la publicité autour du moteur et non de défendre une cause. Toujours est-il que Google semble aimer les enfants, pas nous 🙂.

Publié le 23 mars 2009 à 23:45 par dans Actualité

Billet trop ancien. Les commentaires sont maintenant fermés.