Le 18 mars 2009

Google critique fortement la riposte graduée


HADOPI - Le Net en France : black-out

Google copy Point de vue officiel de Google pour la nouvelle Zélande…

D’incroyables avancées sociales et économiques sont apportées par un internet ouvert et universellement accessible. La section 92A (de la loi de nouvelle Zélande NDLR) détruit tout cela. La section 92A remet en cause les droits procéduraux et fondamentaux des internautes en menaçant de couper l’accès à internet sur de simples allégations et en renversant l’obligation de preuve qui fait que l’internaute doit prouver qu’il est innocent.

Alors qu’en France, le même type de loi (dite HADOPI) est actuellement en cours d’étude par l’assemblée nationale (après un vote favorable au sénat), on imagine que la position de Google sera semblable, cependant un positionnement de Google pendant les débats (qui reprendront le 31 mars) serait un signe fort et attendu par de nombreux internautes.

Si vous ne connaissez pas les enjeux, sachez que cette loi propose d’instaurer une haute autorité qui pourra se substituer à la justice en cas de téléchargement illégal sur le net. Cette loi instaure également la responsabilité de l’abonné à internet vis à vis des téléchargements effectués sur sa ligne. De ce fait, si vous possédez un réseau wifi, et qu’un personne télécharge illégalement depuis ce réseau, vous êtes responsable vis à vis de la haute autorité. Sachant que plus aucune des sécurités du wifi ne résiste à une tentative de piratage (Filtrage mac, WEP, WPA, WPA2), vous avez des soucis à vous faire. En cas d’infraction (c’est à dire si une major pense que vous avez téléchargé une de ses oeuvres et vous aura signalé à la haute autorité), vous recevrez un mail, puis un courrier par lettre recommandée en cas de récidive puis votre accès internet sera suspendu (mais vous devrez toujours en payer l’abonnement).

A l’heure où internet est un outil de communication essentiel, où des démarches administratives nécessitent le net (comme la demande d’extrait d’acte de naissance pour certaines villes, l’extrait de casier judiciaire, les impôts, …), il existe maintenant pour les personnes qui ne téléchargent pas un risque de se faire suspendre son accès, alors que les personnes qui téléchargent illégalement ont déjà tous les moyens techniques de ne pas se faire repérer : le cryptage des communication P2P.

Pour toutes ces raisons et bien d’autre encore, nous rejoignons le mouvement black-out contre HADOPI.

HADOPI - Le Net en France : black-out

[Source : PcWorld]

Publié le 18 mars 2009 à 16:36 par dans Actualité

2 commentaires

  1. Knos a dit :

    Faut que personne ne cède a cette loi

  2. Amau96 a dit :

    +1 pour le black out
    http://www.numerama.com/ suit le sujet pour les interessés