Le 4 février 2009

Google Latitude : le Gawker Stalker des inconnus ?


Google maps Vos amis sont-il dans le coin ? Plutôt que de leur passer un coup de fil pour leur demander, pourquoi ne pas directement consulter Google Maps ?

Google lance aujourd’hui Latitude, une application qui permet de localiser ses contacts sur Google Maps. Ce service est disponible aujourd’hui dans 27 pays, dont la France, et 42 langues.

Il y a un mois tout juste, la firme de Mountain View fermait les portes de Dodgeball, une entreprise rachetée en 2005 qui offrait la possibilité à ses membres d’échanger simplement des informations par SMS et de localiser ses amis sur une carte. Aujourd’hui, c’est exactement la même chose que (re)lance Google, avec les dimensions web et internationale en plus.

Pour se faire, allez sur http://www.google.com/latitude/intro.html et entrez votre numéro de téléphone portable, vous recevrez un SMS vous invitant à télécharger une application de 700 ko. Par la suite, activez la fonction « latitude » dans le menu et vous serez instantanément localisé, soit grâce au GPS inclus dans votre téléphone, soit par triangulation des relais téléphoniques. Par exemple, votre fidèle serviteur se voit localisé à 100 mètres près, ici à Lille.

L’application est également disponible en ligne, intégrée dans un onglet d’iGoogle. Vous pouvez accepter ou refuser les demandes de vos contact pour vous localiser. Le choix vous est laissé de vous localiser manuellement, ou automatiquement si vous disposez de Gears.

David est a 10 metres de moi, ca se voit...
David est à 10 mètres de moi, ça se voit… – Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Anticipant les critiques sur une éventuelle menace pour la vie privée, l’entreprise a reconnu « la caractère sensible de la localisation en ligne », mais a insisté sur les sécurités garanties aux usagers du nouveau service, explique l’AFP dans une dépêche.

Ce service, amusant un temps mais dont l’utilité finale reste encore à déterminer, n’est pas sans rappeler Gawker Stalker, qui permet de localiser les célébrités, mais sans leur consentement : là est sans doute toute la différence. Les dangers d’une telle fonctionnalité n’ont sont pas encore visibles à l’heure actuelle — Google ayant particulièrement insisté sur l’aspect « protection de la vie privée » de ce produit — mais cela ne saurait tarder.

Publié le 4 février 2009 à 13:52 par dans Actualité

Billet trop ancien. Les commentaires sont maintenant fermés.