Le 15 mars 2006

Le modèle économique de Google


Comment Google gagne-t-il son pain ?

Il y a quand même 3000 salariés… La réponse tiens en un seul mot : la publicité !
Examinons comment fonctionne son modèle économique.

D’une façon globale, on distingue 3 grandes étapes dans le développement de l’empire Google :

La mise en confiance :
A l’heure ou le monde entier suffoque sous l’omniprésence de Microsoft, Google apparaît comme une alternative au fabriquant un peu trop populaire… L’opportunité de s’affranchir des outils Microsoft profite immédiatement à Google : il attire la sympathie des internautes grâce à son look épuré, en contraste avec ses concurrents et surtout grâce la rapidité et la pertinence inégalée de ses résultats. Google fidélise immédiatement son public et sa prestigieuse ascension le propulse en un temps record aux rangs des très populaires Altavista, AOL, Search, etc.

Les annonces ciblées :
En 2001 Google propose son nouveau service d’annonces payantes sous le label de Google Adwords. Comme par hasard, c’est également en 2001 que Google annonce qu’il réalise enfin de gros bénéfices. Et c’est ce bénéfice sans cesse grandissant qui leur permet de créer, à une allure frénétique, de nouveaux services plus ou moins utiles…

Le fonctionnement des annonces payantes est simple : après s’être enregistré comme annonceur, il est possible de définir un public cible grâce à une liste de mots clés. Seuls les liens cliqués sont facturés par Google, ce qui assure (en principe) une visite par clic. Les annonces s’affichent sur tous les services Google ainsi que sur les sites diffuseurs, c’est-à-dire les sites étant inscrits au programme rémunéré de diffusion d’annonces – Google Adsense.

Toutefois tout n’est pas si beau qu’il y paraît… Alléché par le potentiel revenu que peut rapporter le programme Adsense, certains webmaster se sont empressés de générer des dizaines de pages diffusant les fameuses « annonces Google ». Le résultat est qu’Internet se gonfle petit à petit de pages (inutiles mais mercantiles) qui ne font que renvoyer à d’autres pages et ainsi de suite… Tant et si bien que l’information – celle qu’on cherche vraiment – fini rapidement par être noyée dans une marrée de liens publicitaires…

Au risque de rendre mal à l’aise certains utilisateurs, il est sans doute utile de rappeler que ce programme est soumis à un règlement (https://www.google.com/adsense/policies) disponible en français.

Quoiqu’il en soit, la formule est magique ! Google est devenu, grâce à son programme Adwords, la plus grande régie publicitaire au monde !!!

Les services connexes :
Les annonceurs ne manquent pas, à tel point que les espaces de diffusion ne suffisent plus ; du moins s’il y en avait d’avantages, la rentabilité serait meilleure !

C’est sans doute la vraie motivation (la seule) qui a conduit Google à créer de nombreux services connexes… Et il ne se limite pas à créer de nouveaux services, il rachète des sociétés déjà bien implantées et récupère une grande quantité d’abonné.

Sans vouloir porter de jugement hâtif sur la qualité des dits « services connexes », il semblerait que dans la précipitation, Google ait oublié de penser à l’esthétique qui est, soyons clair, inexistante ! C’est peut-être une volonté plus qu’une facilité, certains ont sont persuadés…

Ainsi, en multipliant les possibilités de diffusion d’annonces, Google s’accapare du marché naissant de l’annonce ciblée. Le terrain de jeu est vaste et Google s’y adapte fort bien, grâce à son interface multilingue (88) et ses résultats catégorisés en 36 langues !

Peu à peu l’omniprésence du sympathique géant Google prend des airs de déjà-vu… Google porte-t-il préjudice à Google ? Laissons le temps le dire, mais ce qu’il y a de certains aujourd’hui, c’est que le fameux moteur de recherche n’a pas dit son dernier mot…

Epilogue :
L’outil Adwords est la poule aux œufs d’or ! La seule poule du poulailler d’ailleurs… Là est le talon d’Achille de Google ! Nous ne devrions plus attendre longtemps avant de voir Microsoft, Yahoo, AOL et compagnie picorer le bon grain… Google les a assez fait rigoler !

Imaginons le fabuleux potentiel de Microsoft : La Suite Office pourrait être gratuite si une barre d’outil diffusait en continu des liens promotionnels, et ceci bien sûr, en fonction de ce que l’on réalise ou écrit dans chaque programme.

Bien que son parcourt soit atypique, le modèle économique de Google est assez classique puisqu’il suit le raisonnement de l’innovation, à savoir créer le besoin chez l’utilisateur. Google est en effet devenu le fidèle compagnon de la grande majorité des internautes. Pas un jour sans Google, pas une questions sans Google…

Parmi mes élèves les plus naïfs, certains croient même qu’Internet appartient à Google (!) tandis que parmi mes clients, certains passent systématiquement par Google pour arriver sur leur propre site Internet !!! Décidément, que ferait le peuple sans Google ?

Faut-il en rire ou en pleurer ?

A lire également
Le modèle économique de et par Google :
www.google.ch/intl/fr/press/overview_biz.html

Article rédigé par Patrick Tacchini, Beta Contributeur Zorgloob.

Edition du 15/3 par Kendos :
Bienvenue à Patrick, notre ami suisse de artamedia.net.

Publié le 15 mars 2006 à 0:33 par Kendos dans Actualité

Billet trop ancien. Les commentaires sont maintenant fermés.