Le 13 janvier 2006

A quoi bon toutes ces peines, Secouez le gland des chênes…


Libération relate aujourd’hui l’histoire d’un mystère vieux de 166 ans résolu grâce à Google.
Vous en saurez plus en lisant l’article directement sur Libération, mais pour résumer sachez que Flaubert écrivait ceci :

Je suis toujours sur le point de dire avec le poète :

A quoi bon toutes ces peines,

Secouez le gland des chênes,

Buvez de l’eau des fontaines,

Aimez et rendormez-vous.

Ce poète dont il est question, demeurait inconnu depuis des années, malgré les nombreuses recherches. Avec Google, il est désormais possible de découvrir que l’auteur de ces lignes n’est autre que Victor Hugo.

Publié le 13 janvier 2006 à 20:23 par dans Actualité

Billet trop ancien. Les commentaires sont maintenant fermés.