• Le 14 juin 2012

    Google I/O 2012 proche de chez vous !

    Google IO Extended Paris, Nantes, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Rennes, Strasbourg…

    Cette année, Google IO, le conférence annuelle des développeur Google, se déroule sur 3 jours du 27 au 29 juin 2012. Une seule keynote aura toutefois lieu le mercredi 27 juin à partir de 18h à Paris (9h à San Francisco) et pour une durée de 2h30. Google Paris, les écoles EPITECH, les GDG (Paris et Nantes) et le PAUG vous invitent à un IO-Extended à côté de chez vous (enfin presque). C’est l’occasion de suivre la retransmission et commenter les annonces avec les acteurs parisiens lors d’un barcamp, découvrir les activités du centre de développement parisien avec les derniers projets du Cultural Institute et d’échanger avec des ingénieurs Français de Google… Agenda à titre indicatif (sous réserve de modification donc):

    • 17h30 : ouverture
    • 18h – 20h30 : Keynote
    • 20h30-21h00 Buffet avec plusieurs stands démos
    • 21h00 : Hangout avec des ingénieurs Français à Google I/O (surprise). Vous pouvez poser vos questions sur le Google Moderator
    • 21h00-23h00 Barcamp

    Inscription pour le IO Extended Paris et plan d’accès / Inscription pour le IO Extended Nantes (qui organisent 2 soirées). Le GDG vous confirmera votre inscription en fonction du nombre de participants et de la capacité de la salle…. Restez informés sur la rencontre avec la page Google+ IO Extended France. Les retransmissions des sessions (agenda) seront disponibles sur https://developers.google.com/events/io/ avec 4 chaînes. Toutes les sessions seront disponibles 24h après sur Youtube (ici).

    Publié le 14 juin 2012 à 9:06 par Luka dans Actualité

    Labels : , ,

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 25 mai 2012

    Transparence oblige, Google liste les meilleurs sites pirates

    La firme de Mountain View expose les plaintes qu’elle reçoit pour violation de copyright, avec de nombreux détails…

    La transparence est l’un des arguments favoris de Google pour répondre à ses détracteurs. Dans un univers de geeks où l’on aime découvrir ce qu’il y a sous le capot, l’améliorer et le brandir fièrement aux yeux de tous, l’entreprise californienne a toujours œuvré pour ouvrir ses portes et montrer ses coulisses. Cela rassure les autorités et les inquiets, afin de leur (re)donner confiance, pour qu’ils puissent fournir leurs données personnelles en toute tranquillité. C’est ainsi que plusieurs modules sont apparus aux cours de ces dernières années, autant de fenêtres dans la muraille qui entoure cette entreprise pour comprendre et vérifier le fonctionnement de Google  : blogs, reportages au Googleplex, publication d’audits en cas de graves scandales, le Transparency Report, … Même le fameux algorithme a droit à ses bribes de transparence. Bref, transparent sur tout, sauf sur ce que demande la CNIL.

    L’outil Transparency Report permet depuis deux ans de surveiller la tendance qu’ont les gouvernements et la justice à demander à Google des informations sur des utilisateurs. Google complète ce site en y ajoutant les analyses sur les demandes de désindexation pour cause de violation de droits d’auteur. On y apprend que, rien que pour le mois dernier, 1296 titulaires de droits ont demandé le retrait de plus d’un million d’URL réparties sur 24129 domaines différents. Et que le nombre de requêtes grimpe de mois en mois…

    Google Transparency Report

    Google Transparency Report

    L’outil est bien fait et regorge de détails. Chaque demande reçue par Google y est répertoriée, tout du moins seulement celles qui concernent le moteur de recherches. Youtube et les autres viendront probablement plus tard. Pour chaque requête, une fiche présente le nom du requérant, l’organisme qui effectue la demande de retrait en son nom, son pays, la date, le nombre d’URL à supprimer et les domaines concernés. Ne manquent plus que la liste des URL en question.

    On découvre ainsi que ceux qui demandent le plus des suppressions sont : Microsoft, les majors du disques, les producteurs de films et notamment de films pour adultes. De nombreuses personnes font des requêtes à titre personnel et sont listées, aux côtés de Walt Disney ou du journal Le Parisien.

    Une partie du site attire notre attention : c’est celle qui liste les domaines qui sont ont reçu le plus de demandes de retrait. On peut en toute logique en déduire que si vous cherchez à obtenir illégalement un logiciel, une musique, un livre ou un film, ces sites sont très probablement ceux où vous aurez le plus de chances de trouver votre bonheur :

    1. filestube.com
    2. torrentz.eu
    3. 4shared.com
    4. kat.ph
    5. bitsnoop.com
    6. extratorrent.com
    7. filetram.com
    8. beemp3.com
    9. zippyshare.com
    10. todoroms.com
    11. filesonic.com
    12. hulkshare.com
    13. torrenthound.com
    14. isohunt.com
    15. thepiratebay.org
    16. intporn.com
    17. btjunkie.org
    18. uniquewarez.com
    19. fenopy.eu
    20. thewarezscene.org

    Merci Google pour ces nouveaux bookmarks.

    Les données du site seront mises à jour quotidiennement. On regrettera tout de même l’absence d’un moteur de recherche (un comble !) pour retrouver plus facilement des entités, ainsi que l’impossibilité d’exporter les données, comme cela est pourtant possible pour les autres parties du Transparency Report.

    Publié le 25 mai 2012 à 0:26 par TOMHTML dans Nouveau produit

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 24 mai 2012

    Google Knowledge Graph

    Les résultats de Google se veulent (aux US pour le moment) plus encyclopédiques avec des panneaux latéraux contenant des informations encyclopédique sur certaines recherches.

    Introducing the Knowledge Graph

    Partagé 0 fois sur Google+

    Publié le 24 mai 2012 à 10:02 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 23 mai 2012

    Les chromebox disponibles ?

    Oh ! Une chromebox dans la nature, et ce avant l'annonce officielle de leur mise sur le marché. Les chromebox sont l'équivalent des chromebook mais en version PC Fixe, c'est à dire un PC qui lance un seul programme : Chrome. Les deux appareils dans la nature sont fournis pas Samsung. Le premier embarque un processeur Celeron, le second un core i5. 16 Gio de SSD sont disponibles pour l'utilisateur.

    Samsung ChromeBox UnBoxing

    Partagé 3 fois sur Google+

    Publié le 23 mai 2012 à 8:59 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 23 mai 2012

    Votre journée du 23 mai

    Arrivée au boulot (ou en cours), vous découvrez le doodle sur http://www.google.fr , vous jouez avec 5 minutes, puis vous passez le reste de la journée à avoir mal aux oreilles à cause de vos collègues/amis/camarades/proches qui se feront un plaisir de vous faire partager leurs "œuvres". Bref, bon courage…

    Partagé 1 fois sur Google+

    Publié le 23 mai 2012 à 1:58 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 21 mai 2012

    Proposition de nouvelle interface pour Maps et Calendar

    Une vidéo non officielle propose une nouvelle interface pour google maps/calendar et contacts
    Google New Features

    Partagé 16 fois sur Google+

    Publié le 21 mai 2012 à 13:05 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 4 mai 2012

    Logo Google du 4 mai 2012

    La première lettre du #doodle du jour me fait penser à The Human Centipede… Difficile de s'enlever cette idée de la tête une fois que l'on a remarqué cela… :-S #google

    Partagé 2 fois sur Google+

    Publié le 4 mai 2012 à 0:34 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels : ,

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 30 avril 2012

    « Contrairement à ce qui a été affirmé, certains employés de Google étaient…

    « Contrairement à ce qui a été affirmé, certains employés de Google étaient bien au courant de ce que capturaient réellement les véhicules de Google, mais ils ont été ignorés par leur hiérarchie et leurs collègues. »

    Lien inclus :

    L’affaire des voitures Google : bien plus qu’une simple erreur, la firme savait !
    L'an passé, Google a été lourdement condamné pour avoir collecté illégalement pendant trois ans des données wifi personnelles dans le cadre du projet Street View. Ce problème aurait pu être évité…

    Partagé 0 fois sur Google+

    Publié le 30 avril 2012 à 2:59 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 30 avril 2012

    L’affaire des voitures Google : bien plus qu’une simple erreur, la firme savait !

    L’an passé, Google a été lourdement condamné pour avoir collecté illégalement pendant trois ans des données wifi personnelles dans le cadre du projet Street View. Ce problème aurait pu être évité…

    Jusqu’à présent, les annonces de Google et les audits de la FCC (Commission fédérale des communications, la version américaine de la CNIL enquêtant sur l’affaire) nous laissaient entendre que le scandale qui a éclaté en 2010 autour des voitures de Google Street View avait pour origine une erreur de programmation. Un simple fichier de configuration non modifié et quelques basiques lignes de code avaient eu pour conséquence l’interception, par Google, de données privées diffusées sur les réseaux wifi non-sécurisés. C’est dans un data center de l’Oregon qu’étaient ainsi stockées des bribes de données wifi, capturées et enregistrées sans autorisation, et qui permettaient à ceux qui y avait accès de découvrir une montagne de secrets. Comme la preuve de relations extra-conjugales dans le sud de la France ou le carnet de santé de patients d’une clinique de Saint-Étienne.

    Toutefois, un nouveau rapport de la FCC, d’abord diffusé sous sa version censurée puis en version (presque) complète, apporte un regard nouveau sur cette affaire. Contrairement à ce qui a été affirmé, certains employés de Google étaient bien au courant de ce que capturaient réellement les véhicules de Google, mais ils ont été ignorés par leur hiérarchie et leurs collègues. La firme a freiné au maximum le travail de la FCC, en ne divulguant ses documents qu’au compte-goutte, elle vient d’être condamnée pour cela.

    Voici en détail le déroulement des faits d’après le rapport de la commission : Lire la suite …

    Publié le 30 avril 2012 à 1:50 par TOMHTML dans Justice

    Labels : ,

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets

  • Le 24 avril 2012

    Google Drive est enfin disponible

    Publié par Sundar Pichai, senior vice-président, Google Chrome & Apps

    Nous lançons aujourd’hui Google Drive, un espace centralisé dans lequel vous pouvez créer, partager, collaborer et conserver l’ensemble de vos documents. Que vous établissiez un budget prévisionnel avec vos collaborateurs, que vous élaboriez une présentation avec un groupe de travail ou que vous organisiez un séminaire, vous pouvez désormais le faire dans Drive. Téléchargez et accédez à tous vos documents, vidéos, photos, Google Docs, PDF, etc.
    Etape suivante de l’évolution de Google Docs et sa fonctionnalité de téléchargement de tout document, Drive va vous permettre de vivre, travailler et jouer dans le Cloud.

    Avec Google Drive, vous pouvez :Créer et collaborer. Google Docs est directement intégré à Google Drive, vous permettant ainsi de travailler en temps réels avec vos collaborateurs sur des documents, feuilles de calcul et présentations. Ajoutez et répondez à des commentaires sur tout support (PDF, image, document vidéo, etc) et être informé dès que d’autres personnes commentent ou souhaitent partager des documents avec vous

    Conserver vos documents en toute sécurité et y accéder où que vous soyez et de n’importe quel terminal connecté à Internet. L’ensemble de vos documents est juste… là. Quoiqu’il arrive. Vous pouvez installer Drive sur votre Mac, votre PC ou télécharger l’application Drive sur votre téléphone ou votre tablette Android. La version iOS de l’application sera disponible dans les semaines à venir. Drive est également accessible aux personnes mal-voyantes grâce à un outil de lecture d’écran

    Rechercher tout. Recherchez par mot-clé et filtrez par type de document, propriétaire, activité, etc. Drive peut même reconnaitre le contenu texte d’un document scanné grâce à la technologie de reconnaissance optique des caractères. Par exemple, si vous téléchargez l’image scannée d’une vieille coupure de journal, vous pouvez effectuer une recherche utilisant l’un des mots cités dans l’article. Nous avons même commencé à exploiter la reconnaissance d’images : si vous téléchargez une image de la Tour Eiffel dans Drive, la prochaine fois que vous rechercherez le terme [Tour Eiffel], cette image apparaîtra dans les résultats

    Ouvrir plus de 30 types de documents directement depuis un navigateur Web – dont des vidéos haute-définition, Adobe Illustrator, Adobe Photoshop – même sans avoir le logiciel approprié installé sur votre ordinateur
    Nous savons que vous avez besoin d’accéder à vos documents afin de pouvoir travailler au quotidien. Google Drive utilise la même infrastructure que tous les autres services Google Apps, ce qui signifie qu’il dispose également des mêmes outils d’administration, de sécurité et de fiabilité, entre autres :Gestion centralisée : de nouveaux outils sont disponibles dans l’interface de controle Apps pour les administrateurs afin d’ajouter ou de supprimer de l’espace de stockage pour des utilisateurs individuels ou groupés

    Sécurité : cryptage du transfert de données entre votre navigateur et nos serveurs, et option de vérification en 2 temps, permettant de prévenir l’accès non authorisé à un compte en demandant aux utilisateurs de se connecter en rentrant un code sécurisé généré depuis leur téléphone portable

    Réplication des données : la réplication synchrone des données dans plusieurs centres de données permet d’assurer la sécurité et l’accessibilité de vos dossiers même dans la situation peu probable où l’un de nos centres de données soit temporairement indisponible

    Disponibilité : 99,9% de disponibilité garantie afin que vous puissiez être assuré que vos documents soient accessibles quand vous en avez besoin
    Chaque utilisateur de Google Apps a accès à 5GB de stockage inclus dans la suite Google Apps et les administrateurs peuvent acheter et gérer centralement l’espace de stockage supplémentaire. Lorsqu’un utilisateur atteint la limite, les administrateurs peuvent acheter l’espace nécessaire de 20GB pour 4$ par mois à 16TB (les Google Docs ne sont pas comptés dans le quota d’espace de stockage).
    À partir d’aujourd’hui, les administrateurs Google Apps vont voir apparaître de nouvelles commandes pour Drive dans leur interface de gestion. Les utilisateurs d’entreprises ayant opté pour le lancement rapide, pourront activer Google Drive sur drive.google.com/start et recevront leur accès dans les semaines suivantes.
    Drive est conçu pour fonctionner de manière harmonieuse avec tous les produits que vous utilisez – qu’il s’agisse de produits Google ou de services tiers. Vous pouvez partager vos photos Drive sur Google+ et pourrez bientôt joindre des documents Drive directement dans vos emails Gmail. Drive est destiné à être une plateforme ouverte, nous collaborons donc avec de nombreux développeurs d’applications tierces, afin de vous permettre de faire des choses telles qu’envoyer des fax, éditer des vidéos et créer des maquettes de site Internet directement depuis Drive. Pour installer ces applications, rendez-vous sur le Chrome Web Store et suivez les sorties d’applications encore plus utiles à venir.
    Ce n’est que le début de Google Drive, de nombreux développements sont à venir. Restez connecté !

    Partagé 20 fois sur Google+

    Publié le 24 avril 2012 à 17:10 par TOMHTML dans Google en bref

    Labels :

    Ajouter mon commentaire Lien permanent Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Digg Partager sur Delicious Partager sur Stumble Upon Partager sur technorati Abonnez vous à nos commentaires Abonnez vous à nos billets